La suppression des deux collèges du quartier du Val Fourré au profit d’un nouvel établissement mantais vient de prendre un tour plus concret. La semaine dernière, le conseil départemental des Yvelines a annoncé par communiqué de presse vouloir que ce « nouveau type de collège » ouvre ses portes à la rentrée 2019 après un chantier de 18 mois. Il a par ailleurs déjà lancé le concours destiné à sa construction.

L’emplacement du nouveau collège du Val Fourré est aujourd’hui un espace vert du secteur des Peintres, à l’intersection des rues Marcel Doret et Marie Laurencin. Le nouvel établissement, qui représente un investissement de 24 millions d’euros, serait ainsi bâti à quelques mètres des bâtiments du collège Paul Cézanne qu’il remplacerait.

Ses 5 700 m² construits selon une conception « bioclimatique » doivent pouvoir accueillir 600 élèves. Le futur collège comprend un externat, une Section d’enseignement général et professionnel adapté (Segpa), une cantine, un amphithéâtre, un patio couvert, quatre logements de fonction et des jardins pédagogiques.

Le collège Paul Cézanne compte  environ 300 élèves.
Le collège Paul Cézanne compte environ 300 élèves.

Surtout, dans son concours de maîtrise d’oeuvre, le conseil départemental indique souhaiter « une pratique pédagogique innovante » permise par « la nature des locaux et leur configuration, par le mobilier et par l’accès au numérique ». Le Département s’est attaché pour cela les services de deux spécialistes de la pédagogie et auteurs d’ouvrages sur le sujet, Jérôme Saltet et André Giordan.

« Le collège innovant offrira, grâce à une organisation spatiale originale et à des équipements numériques puissants, un cadre propice au développement d’une pédagogie fondée sur le désir d’apprendre et centrée sur l’acquisition, à un rythme adapté à chaque élève, des savoirs essentiels », se réjouit du projet d’établissement le directeur de l’inspection académique des Yvelines, Serge Clément.

Le collège André Chénier compte environ 250 élèves.
Le collège André Chénier compte environ 250 élèves.

Le président du conseil départemental, Pierre Bédier (LR), se félicite de pouvoir « apporter une contribution décisive aux innovations pédagogiques », en offrant la possibilité de pratiques d’enseignement « adaptées aux besoins des jeunes et aux technologies du XXIème siècle ». Il indique le lancement d’un processus de concertation avec les futurs enseignants de l’établissement et les parents d’élèves concernés.

C’est pour lui l’aboutissement d’un projet qui était dans les tuyaux depuis longtemps. Il avait ainsi déjà indiqué en 2013 et en 2014 sa volonté de fermer les collèges André Chénier et Paul Cézanne. Sa justification : des coûts de fonctionnement trop élevés, induits par le nombre insuffisant d’élèves accueillis.

Ces deux établissements comptent respectivement environ 250 et 300 élèves. Ils connaissent une érosion continue de leur nombre d’élèves depuis plusieurs années. En cause : le vieillissement de la population du quartier, mais aussi les déménagements induits par les destructions de logements réalisées dans le cadre des opérations de rénovation urbaine.