« Quand on parle d’hypnose, les gens voient quand même Messmer », dévoile Karine Anser, infirmière aux urgences du Centre hospitalier intercommunal Meulan-Les Mureaux (Chimm). Mardi dernier, l’établissement a organisé la seconde édition de l’inter-clud réunissant l’ensemble des professionnels hospitaliers de la vallée de Seine et de Versailles.

Ces derniers ont ainsi pu confronter leurs expériences autour de l’hypnoanalgésie. Cette pratique nouvelle permet d’accompagner le patient vers un état de conscience positive en vue de réduire les douleurs inhérentes à certains traitements et soins. Dans les faits, cette technique est utilisée à titre d’exemple lors de piqûres, ponctions voire même d’actes chirurgicaux. Egalement, l’hypnoanalgésie vise des patients ayant des douleurs chroniques et permet de réduire de cette manière l’utilisation d’antalgiques.

« On perd une dimension de patients car l’hôpital est trop dans la technicité, constate Céline Michel-Dhaine, responsable du service douleur au Chimm. L’hypnoanalgésie permet de leur accorder plus de temps, de les écouter, de leur parler autrement, ce qui participe à une meilleure efficience ».