Samedi dernier, c’est par un atelier qu’une nouvelle phase de concertation s’est achevée autour du projet de Port Seine métropole Ouest (PSMO), plateforme multimodale de 100 ha réalisée par Ports de Paris entre Achères et Andrésy, sur la rive gauche. D’une durée d’un mois, portant sur l’environnement du port et son intégration, elle a fait émerger un constat partagé… mais encore loin d’être financé.

« Le port doit habiter le territoire. Le souhait est bien d’en faire un quartier des villes, un dispositif ouvert à tous par les mixités d’usage », explique Marc Reimbold, directeur du projet PSMO. Les propos sont identiques chez les participants à ce dernier atelier, qu’ils soient élus, membres d’associations ou simple particuliers.

« Les demandes d’Andrésy sont les aménagements de bord de Seine, et la passerelle le long du barrage permettant aux Achérois et Andrésiens de communiquer à travers l’île », explique son maire Hugues Ribault (LR). S’il soutient le projet « pour créer de l’emploi » et « organiser la plaine », il estime que les deux communes ne peuvent financer seules ces ajouts : « Pour l’instant, tout le monde va dans le même sens, mais après, qui paye ? »