Comme onze autres sites pilotes abritant « des quartiers très prioritaires », Mantes-la-Jolie a été sélectionnée par les services du Premier ministre Manuel Valls pour expérimenter la mise en place de « délégués du gouvernement ». Cette mesure avait été annoncée par le gouvernement en octobre 2015, suite à la tenue du second comité interministériel à l’égalité et à la citoyenneté. L’arrivée du délégué mantais, dont le nom n’est pas encore connu, est prévue dans les prochaines semaines pour une durée d’un an renouvelable.

Centrée sur le quartier du Val Fourré, en zone de sécurité prioritaire, sa mission est destinée à coordonner comme à apporter « un soutien complémentaire » à l’action de l’Etat. Il est chargé d’intervenir « sur les questions d’emploi et de prévention et de lutte contre la radicalisation ». En Île-de-France, Mantes-la-Jolie côtoie Trappes, Grigny (Essonne) et Sevran-Aulnay (Seine-Saint-Denis) au sein de cette expérimentation.

« Il s’agit de coordonner sur le terrain toutes les actions qui sont faites. Le recrutement devrait se faire sous peu », indique à ce sujet Serge Morvan, le préfet des Yvelines. L’intitulé de sa mission (portant à Mantes-la-Jolie sur l’emploi et la radicalisation, Ndlr) dépend des besoins du territoire ciblé. »