« Touches pas à ma caisse des écoles », « Atsem en grandes sections ». Tels étaient les slogans que scandaient les manifestants. Ce samedi 9 avril, ils étaient près de 200, parents d’élèves, enseignants et élèves, a battre le pavé pour manifester contre l’intention de la mairie de supprimer 18 des 57 postes d’agent territorial spécialisé des écoles maternelles (Atsem) de la ville et la mise en sommeil de la caisse des écoles (voir notre édition du 30 mars, Ndlr). Parti de la place Auguste-Romagne, le cortège a rejoint à pied la mairie.

« Nous réclamons le maintien d’une Atsem par classe comme c’est le cas actuellement », explique Estelle Vandeputte, présidente de l’association de parents d’élèves Alpec. « L’Atsem soulage la maîtresse et a un vrai rôle pédagogique, complète Corinne Grootaert de la FCPE. C’est un soutien fondamental. »

Pour les manifestants, les arguments économiques avancés par la mairie pour expliquer cette décision ne convainquent pas : « Je pense qu’il est possible de faire des économies sur autre chose que l’éducation », estime Estelle Vandeputte.