Selon Le Parisien, deux personnes originaires de Bulgarie ont été mises en examen à Versailles mercredi dernier. En effet, elles sont soupçonnées d’avoir pris part à une escroquerie à la carte bancaire. Le quotidien indique que les deux hommes avaient placé « un dispositif destiné à capter les coordonnées bancaires » des clients de la station-service Total. Ils auraient été surpris dans leurs actes par la gendarmerie nationale.

Selon toute vraisemblance, une enquête serait actuellement en cours pour identifier l’ensemble des tenants et des aboutissants. Actuellement, les investigations n’en seraient qu’aux balbutiements et devraient s’attacher à explorer tout un volet technique mettant notamment à contribution les organismes bancaires.
Ce type d’escroquerie serait bien souvent le fait de personnes issues de la criminalité organisée et d’une délinquance itinérante, essentiellement des pays de l’Europe de l’Est. Ces actes seraient réalisés par des réseaux dits « à tiroir », c’est-à-dire que le manque généré par les incarcérations est constamment pallié par l’arrivée de nouvelles personnes. Cette méthode complique d’autant plus le travail des enquêteurs.