Le mouvement « Nuit debout » est né place de la République, suite à la manifestation contre la loi El-Khomri du 31 mars. Depuis, l’événement rassemble tous les soirs des centaines de personnes, unies par la même volonté de démocratie citoyenne et participative. Du côté de Mantes-la-Jolie, quelques Yvelinois ont décidé de lancer la version locale. La première « Nuit debout » du département s’est donc tenue vendredi soir, devant la mairie de Gassicourt.
A cette occasion, presque cent participants ont répondu présent à l’événement.

« Les banlieues ont aussi des choses à dire et des plaies qui restent ouvertes, précise Saïd. Je pense que c’est une thérapie : discuter, s’exprimer et se réappropier l’espace public pour essayer de rétablir une confiance car il existe une vraie fracture politique ». Saïd le souligne bien, ce mouvement est citoyen donc apolitique.

Au bout du mégaphone, les gens défilent librement. Amal en profite pour constater « un peu triste » que « les gens de quartier se plaignent souvent mais ne sont pas nombreux ici ». Tous les participants sont liés par la même volonté : celle de faire évoluer les pratiques. Le mouvement est en marche.