Il est plutôt rare qu’une mairie critique publiquement l’action d’un promoteur immobilier jugé indélicat. « Cette prospection n’a reçu aucun agrément de la Ville, qui de plus, conteste cette démarche », s’est pourtant émue la mairie il y quelques semaines sur ses différents supports de communication.

Marc Honoré (LR), le premier magistrat, n’a que peu apprécié l’envoi de nombreux courriers dans certains quartiers pavillonnaires d’Achères, afin d’acheter des biens immobiliers en vue d’y construire des immeubles. Chez le promoteur faisant l’objet de cette colère municipale, l’on plaide « une maladresse dans la communication », tout en rappelant s’être conformé aux possibilités offertes par l’actuel règlement d’urbanisme.

Ce sont des habitants, inquiets de voir des immeubles construits près de chez eux, qui ont manifesté leurs craintes en mairie. Habitant dans différents quartiers, ils avaient en effet reçu des courriers leur proposant d’acheter leur maison. « Intéressés par l’acquisition de la totalité des parcelles constituant cette assiette foncière, nous convoitons fortement votre propriété », annonce ainsi l’une de ces lettres, envoyée à des riverains de l’avenue Paquet, dans un quartier pavillonnaire proche du centre-ville.

Ce sont des habitants de quartiers d’habitations individuelles (photo), inquiets de voir des immeubles construits près de chez eux, qui ont manifesté leurs craintes en mairie.
Ce sont des habitants de quartiers d’habitations individuelles (photo), inquiets de voir des immeubles construits près de chez eux, qui ont manifesté leurs craintes en mairie.

« Je les ai reçus, et je leur ai dit qu’ils feraient bien d’arrêter leurs démarches, commente Marc Honoré. Arroser tous les pavillons en affirmant que le voisin était en négociations, ce qui n’était pas vrai, ce n’est pas une façon de faire. »

Ce promoteur privé dont le siège est à Grenoble (Isère), se développe en Île-de-France depuis un an, et avait entre autres choisi Achères. Depuis ces envois à des propriétaires de biens dans des quartiers proche du centre-ville, l’entreprise joue l’apaisement. « Je n’ai pas l’intention de bétonner Achères, mais de repérer des zones qui ont un intérêt et d’échanger avec [le maire], assure ainsi le directeur de la maîtrise d’ouvrage. Nous ne sommes pas là pour aller contre la collectivité. »

Il rappelle cependant que le Plan local d’urbanisme (Plu) de la commune permet de bâtir des immeubles de trois étages à la place des actuels pavillons et villas des quartiers ciblés par ses courriers.

« Nous avons juste fait notre travail, estime ainsi le directeur. A Achères, il y a une déconnexion entre la volonté politique du maire (élu en 2014, Ndlr) d’une maîtrise forte du développement foncier, et le Plu (antérieur au mandat actuel) qui permet de faire beaucoup de choses qu’il ne souhaite pas. »

Mise à jour du 12/09 : A la demande du directeur de la maîtrise d’ouvrage de l’époque, nous avons supprimé son nom ainsi que le nom du promoteur.