Après une première étape de travaux réalisés l’an dernier sur les installations de chauffage, la rénovation du collège George Sand à Magnanville devrait reprendre de plus belle. A partir de juillet, elle permettra notamment de répondre aux normes d’accessibilité en vigueur. Si le conseil départemental a voté en mai 2010 un bugdet global de 9 millions d’euros, la dernière estimation datant de février est évaluée à 8 millions d’euros.

« Nous avons la chance d’avoir un collège et un lycée sur notre commune mais en même temps, il y a des désagréments à cela puisqu’il faut les entretenir correctement et assurer la sécurité de tous, a relevé Michel Lebouc (DVG), maire de Magnanville. Il y a une bonne coopération entre la commune et le département par rapport au maintien de la bonne structure du collège ».

Avec près de 700 élèves, l’établissement scolaire a besoin de plus qu’une touche de peinture fraîche. Datant de 1977, la structure souffre actuellement de sanitaires dégradés et vétustes sans oublier des problèmes fonctionnels touchant plusieurs salles de classe destinées à l’enseignement général.De ce fait, l’intervention s’attardera sur la réhabilitation et la rénovation des bâtiments. Elle a pour objectif de permettre l’accueil de personnes à mobilité réduite via la création d’un ascenseur notamment. Parallèlement à cela, une opération de désamiantage est prévue tout comme la mise en conformité des installations électriques, la modernisation des sanitaires et de certaines salles de classe, ainsi que la création d’un préau extérieur.

Les travaux sont répartis en quatre phases dont la première a déjà été réalisée l’an dernier. La prochaine devrait débuter courant juillet pour finir en mai 2017. Dès lors, une troisième étape est prévue de juin à octobre 2017 avec une livraison finale programmée en septembre 2018. Tout cela est en réalité un calendrier prévisionnel qui ne protège pas d’éventuels retards.

Michel Lebouc assure que ces travaux auront « un impact sur la baisse des frais de fonctionnement et la réduction des nuisances » tout en apportant « de meilleures conditions de travail pour les élèves ». Depuis la construction du collège George Sand, plusieurs opérations de remises aux normes ont été effectuées dans les années 1970, puis 2000, sans que de profonds travaux de rénovation n’aient vraiment été engagés.