Après avoir placé le point de vente sous surveillance depuis le mois de janvier, les policiers sont intervenus mardi dernier pour arrêter plusieurs vendeurs de drogue. Six hommes ont été délogés de leur domicile pour être placés en garde à vue. Les effectifs de la sûreté urbaine du commissariat de Conflans-Sainte-Honorine les soupçonnaient de prendre part à un trafic de cannabis organisé au sein du quartier Beauregard.

Parmi les six personnes arrêtées, quatre avaient autour de la vingtaine et deux étaient mineurs. Lors des différentes perquisitions, seulement 1 500 euros ont été retrouvés par les forces de l’ordre. Parallèlement à cela, deux équipes cynophiles du département étaient chargées d’inspecter différents bâtiments. À cette occasion, l’un des chiens a mis le nez sur 7 kilos de résine de cannabis derrière une porte de cave. Conditionnée en paquets d’un kilo, la drogue découverte est estimée à une valeur marchande de 70 000 euros.

Les forces de l’ordre se sont donc penchées sur des propriétaires de ladite cave. Il s’est avéré qu’il s’agissait de deux frères, âgés d’un peu moins de trente ans. À leur domicile, 7 280 euros ont été saisis. Inconnus des services de police, les deux hommes ont fini par rejoindre sur les bancs de la garde à vue les six personnes précédemment arrêtées.

Lors des différentes auditions menées, les personnes mineures ont reconnu avoir vendu de la drogue sous l’effet de la contrainte et ce, pour le compte de personnes majeures, sans donner davantage d’informations quant à leurs identités. Ils ont été libérés avec une convocation au tribunal en vue d’une mise en examen. Quant aux six autres suspects, ils ont été déférés samedi devant le parquet de Versailles.

Une information judiciaire a été ouverte pour tenter d’en savoir un peu plus sur les deux propriétaires de la cave dans laquelle les 7 kilos de drogue ont été retrouvés. Dans cette affaire de trafic de stupéfiants en bande organisée, les autorités ont gelé les avoirs des auteurs, ce qui représente 77 500 euros. Également, il semblerait que les policiers auraient pointé du doigt l’existence d’un coffre au sein d’une banque de la région parisienne. Celui-ci pourrait vraisemblablement contenir des pièces d’or. Affaire à suivre…