Le célèbre sportif-aventurier, Charles Hedrich, va se lancer dans un nouveau challenge. L’athlète va faire le premier tour de France à la rame par voies navigables. Son parcours de près de 3 000 kilomètres commencera à Paris le 20 mai prochain et se conclura à Carrières-sous-Poissy le 22 octobre.

Après une traversée aller-retour de l’Atlantique, un tour du monde par les deux pôles, une participation au Dakar moto, la montée de l’Everest, etc, c’est en France que Charles Hedrich va agrandir son palmarès. « Je me suis aperçu que l’aventure n’était pas forcément loin, explique l’athlète. En France il y a des paysages magnifiques et j’ai été étonné de voir que ce tour de France n’avait jamais été fait. »

Charles Hedrich embarquera à bord de son fidèle « Rameur des glaces » pour parcourir les différents fleuves de l’hexagone. « C’est un bateau très léger à fond plat, ce qui est très important pour ce parcours où je vais des fois naviguer dans 10 centimètres d’eau », indique le sportif.

Un « Rameur des glaces » avec qui Charles Hedrich a vécu de nombreuses péripéties. « Le bateau a déjà été soulevé par une baleine, attaqué par un ours blanc, par des morses ; sans être abîmé, raconte l’aventurier, en précisant avec le sourire : Les seules fois où je l’ai abîmé, c’est en tirant un coup de fusil depuis l’intérieur par accident et en mettant le feu à l’intérieur du bateau avec un réchaud en me faisant du café. »

Après l’Antartique, l’Atlantique, le désert, et les montagnes, Charles Hedrich réalisera son prochain challenge sur les voies navigables de France.
Après l’Antartique, l’Atlantique, le désert, et les montagnes, Charles Hedrich réalisera son prochain challenge sur les voies navigables de France.

Pour réussir ce tour de France, et tous les défis qu’il s’est lancé, Charles Hedrich estime que les facteurs les plus importants sont « savoir gérer le risque, l’endurance, la passion, la chance et la préparation, détaille-t-il. Au final, pour moi, le physique n’est pas le plus important. »

Mais l’objectif de ces cinq mois de rames en France n’est pas uniquement sportif. « C’est aussi une aventure humaine », précise l’athlète. Ainsi, tout au long du parcours, Charles Hedrich s’arrêtera dans les villes et villages où des animations seront organisées. « Ce genre d’expédition m’intéresse beaucoup parce qu’à la fois il y a de la performance, de l’aventure, de la rencontre et des échanges. »

Et à la fin des 3 000 kilomètres, c’est à Carrières-sous-Poissy que le rameur terminera son tour de France. Le 22 octobre, son arrivée sera l’occasion de nombreuses animations avec notamment la projection de son film, une animation rameur et un concert. Pourquoi Carrières-sous-Poissy ? A cause d’un « coup de foudre » pour la marina port Saint-Louis en 2012. « Je descendais la Seine et j’ai été pris par un orage terrible, se souvient Charles Hedrich. J’ai vu l’ouverture de la marina et j’ai cru au miracle en me mettant à l’abri ici et en découvrant ce lieu. »

Pour plus d’information sur ce premier tour de France à la rame et suivre le parcours de Charles Hedrich, rendez-vous sur 1er-tdframe.blogspot.com ou sur le Facebook du sportif.