« Je travaille depuis plus de 20 ans aux Mureaux et c’est la première fois que je vois une telle manifestation », constate Patrick Vetillard, secrétaire de la CGT des Mureaux. En effet, ce jeudi 19 mai, une centaine de personnes a répondu à l’appel de l’intersyndicale CGT, FO et Sud pour manifester contre le projet du maire de réformer le temps de travail des agents communaux.

Des manifestations sur le même sujet ont lieu régulièrement depuis le début du mois d’avril (voir notre édition du 13 avril), mais c’est la première fois que les agents communaux battent le pavé à travers les rues de la ville. Ce jour-là, le cortège est parti de la place de la Libération, face à la mairie, et a parcouru les rues du centre-ville en scandant notamment : « Le protocole d’accord, on s’est battu pour le gagner. On se battra pour le garder ».

Les manifestants font ici référence aux accords signés fin 2001 avec François Garay, maire (DVG) des Mureaux depuis 2001, qui fixe le temps de travail des agents à 1554 heures par an. Si les agents travaillent bien 35 heures par semaine, ils bénéficient de plus de jours de congé que prévus par la loi. Le maire envisage donc de faire passer le temps de travail annuel des agents à 1607 heures, comme le prévoit la loi. Ce qui impliquerait pour eux de devoir travailler plus de 35 heures par semaine ou la suppression de jours de congé.

« Aujourd’hui on manifeste pour conserver nos acquis », revendique Franck Kerson, représentant FO à la mairie des Mureaux.
« Aujourd’hui on manifeste pour conserver nos acquis », revendique Franck Kerson, représentant FO à la mairie des Mureaux.

« Aujourd’hui on manifeste pour conserver nos acquis, revendique Franck Kerson, représentant FO à la mairie des Mureaux. Là on est dans le flou car le maire ne nous a pas expliqué exactement ce qu’il envisageait. Nous voulons que ses objectifs soient marqués noir sur blanc, afin d’avoir des bases pour négocier. »

Les trois syndicats expliquent avoir travaillé sur plusieurs scénarios mais regrettent que ce n’ait pas été fait avec la mairie. « On est dans le non-dialogue social », estime même Franck Kerson, qui souhaite « une réunion avec le maire et la direction des ressources humaines ».

L’intersyndicale pourrait envisager un compromis qui impliquerait « un vrai travail sur les jours d’ancienneté, la mise en place de la prime d’installation, l’annulation de la retenue sur le 13e mois en cas d’absence et le remplacement des départs en retraite ou en maladie », énumère le représentant FO. Sollicité par notre rédaction, le maire des Mureaux n’a pas pu répondre à notre demande avant l’impression de cette édition.