Sera-t-elle intacte dans 50 ans ? Ils ont en tout cas tout fait pour, avec cette boîte scellée, hermétique à l’air comme à l’eau. Les élèves de seconde de deux classes d’anglais du lycée Saint-Exupéry vont enterrer une capsule temporelle, entre le nouveau bâtiment tout neuf du Centre de documentation et d’information (CDI) et la nouvelle entrée de l’établissement.

« En juin 2065, ce seront les 50 ans de ce bâtiment, et les 100 ans du lycée », indique Valérie Périer, la professeur à l’origine du projet.
« En juin 2065, ce seront les 50 ans de ce bâtiment, et les 100 ans du lycée », indique Valérie Périer, la professeur à l’origine du projet.

« Cette année, on travaillait sur le futur, c’est inspiré du film Prédictions, avec Nicolas Cage (sorti en 2009, Ndlr), explique de cette initiative insolite leur professeur d’anglais, Valérie Périer. En juin 2065, ce seront les 50 ans de ce bâtiment, et les 100 ans du lycée. » Afin de n’en oublier ni l’existence ni l’emplacement, une plaque de marbre surplombera le lieu d’enfouissement.

Rassemblés samedi dernier pour célébrer l’enfouissement, les élèves n’ont pas caché leur enthousiasme pour cette « time capsule » aux objets tenant dans deux boîtes à chaussure. « Nous avons mis des centimes d’euros, un téléphone, une cigarette, des journaux, décrit ainsi Amélie. Nous voulons voir comment ça évolue dans le temps, et si ça existe toujours. » Rendez-vous est donné dans cinq décennies pour obtenir la réponse.