La mairie veut engager deux rénovations de grande envergure, toutefois conditionnées à l’obtention de subventions régionales et nationales. La première, d’un montant de 3,9 millions d’euros, concerne l’hôtel de ville, construit en deux parties, l’une en 1951, l’autre en 1972. La seconde vise le complexe sportif Félicien Dantan, le plus fréquenté de la commune, elle est estimée à 2,9 millions d’euros.

A la clé devrait figurer une réduction drastique des 90 000 euros annuels d’énergie pour chacun. Financièrement, la baisse de la facture ne s’amortira pourtant, à travers ces travaux, qu’en plusieurs décennies. « Le développement durable a un coût, qui est difficilement quantifiable en terme de valeur, mais concerne ce que nous allons céder à nos enfants », répond le maire Michel Vialay (LR), interrogé sur cette rentabilité plutôt faible, du moins sous l’angle énergético-financier.

L’hôtel de ville a été construit en deux parties, l’une en 1951, l’autre en 1972.
L’hôtel de ville a été construit en deux parties, l’une en 1951, l’autre en 1972.

Il pointe également l’amélioration importante du confort des usagers et des agents municipaux. « Un environnement trop froid, trop chaud ou phoniquement désagréable participe de la qualité du travail. Les gains ne sont pas que sur la facture énergétique », plaide donc l’édile.