Difficile de passer hors du quadrillage instauré par la police nationale mardi dernier. De 18 heures à 20 heures, une opération de contrôles routiers coordonnés a eu lieu sur les routes du département. En tout cas sur la partie urbaine puisque la zone rurale est couverte par la gendarmerie nationale. Ainsi, 20 points ont assuré le contrôle de plusieurs axes jugés accidentogènes du fait de la densification du trafic routier recensé à cette heure de la journée.

Du côté de la circonscription d’agglomération de Mantes-la-Jolie, 18 fonctionnaires étaient de sortie dont deux policiers de la formation motorisée urbaine départementale. L’opération a débuté le long de la butte verte à Rosny-sur-Seine. Limitée à 90 km/h, la ligne droite fait l’objet d’excès de vitesse.

Radar mobile en mains, les forces de l’ordre se sont attelées à dissuader les conducteurs à franchir la vitesse réglementaire. En une heure, un défaut de permis a été enregistré, engendrant ainsi la garde à vue de l’automobiliste de 44 ans. L’action de contrôle a porté une attention particulière aux deux-roues puisqu’ils représentent la moitié des personnes tuées depuis le début de l’année.

Finalement, l’opération départementale aura mobilisé 116 policiers. Ces derniers ont noté 86 infractions relevant essentiellement de problèmes comportementaux tels que des excès de vitesse, des dépassements sur la droite et l’utilisation du téléphone portable au volant. Un résultat correspondant à l’analyse effectuée sur les causes des accidents mortels enregistrés depuis janvier.

Il s’avère que le comportement des conducteurs et le non-respect des règles de circulation seraient à l’origine de la plupart des accidents mortels. Durant ce premier semestre, trois motards et trois piétons ont été tués sur les routes yvelinoises. Egalement, 270 accidents ont été constatés, engendrant 307 blessés.

Si le nombre de personnes tuées sur les routes des Yvelines a baissé de 40 % par rapport à 2015 (selon la direction départementale de la sécurité publique), une augmentation est notée sur le nombre de blessés (+4 %) et d’accidents corporels (+12 %). Pour lutter contre ce phénomène, d’autres opérations coordonnées sur l’ensemble du département sont d’ores et déjà à prévoir. Elles s’ajouteront aux contrôles ponctuels ciblant les axes les plus accidentogènes.