Les services hospitaliers yvelinois ont battu le pavé de Versailles. Ce vendredi 10 juin, près de 250 manifestants, personnels des différents hôpitaux yvelinois et membres de comité de soutien des usagers, ont répondu présents à l’appel de l’intersyndicale CGT, FO, Sud solidaires et CFTC. Les manifestants sont partis de la Préfecture de Versailles pour rejoindre l’Agence régionale de santé (ARS).

« Nous souhaitons le retrait de la loi santé de Marisol Touraine et nous nous opposons à la mise en place des Groupements hospitaliers de territoire (GHT – voir notre édition du 1er juin, Ndlr), explique Roland Lemyre, représentant CGT santé des Yvelines. Ces mesures vont entraîner une diminution de l’offre de soin sur l’ensemble du département. »

Les patients se trouvent en première ligne selon les différents représentants syndicaux. « Pour chaque activité, les gens ne savent plus où aller et les délais d’attentes ont augmenté », estime Roland Lemyre. « Avec deux GHT prévus dans les Yvelines, à Versailles et Poissy, les patients vont être amenés à beaucoup plus se déplacer » complète Valérie Louis, infirmière et membre du syndicat Sud santé sociaux.

Près de 250 personnes ont manifesté à Versailles en opposition à la loi santé de Marisol Touraine.
Près de 250 personnes ont manifesté à Versailles en opposition à la loi santé de Marisol Touraine.

Pour Frédéric Populaskier, secrétaire départemental FO, « le but est de faire des économies, c’est tout. » Et celui-ci d’ajouter, « Les GHT vont être une machine à détruire les hôpitaux de proximité pour développer des gros hôpitaux où il n’y a pas les moyens mis en place pour prendre en charge les patients. »

Les manifestants pointent aussi du doigt les répercussions de la mise en place des GHT sur le personnel. « Dans le nord des Yvelines par exemple, les agents hospitaliers pourront être affectés à Mantes-la-Jolie, Meulan et Poissy, ce qui implique des déplacements quotidiens pour travailler, dénonce Roland Lemyre. Ça les éloigne aussi de leur domicile pour les gardes et les astreintes, et entraîne moins de réactivité en cas d’urgence. »

D’après l’intersyndicale, la loi santé entraîne la suppression de 22 000 emplois en France dans le secteur de la santé. « Dans les Yvelines, on estime que les chiffres vont être entre 1200 et 1500 suppressions de poste, indique Roland Lemyre. A Mantes-la-Jolie par exemple, il y a déjà eu 100 suppressions en 2015 et en 2016 ce devrait être encore 125. »

L’ARS restitue son projet territorial de santé pour le Mantois

Pendant 18 mois, l’Agence régionale de Santé et les différents acteurs du Mantois ont travaillé ensemble pour répondre aux problématiques territoriales de santé. Cela a notamment permis de faire émerger le besoin de création de deux Maisons de santé pluridisciplinaires.
Favoriser l’installation des médecins libéraux et faciliter leurs conditions d’exercice. C’est sur ce projet que plus de 200 acteurs du territoire, élus, représentants d’usagers, professionnels de santé, etc ; ont travaillé ensemble pendant 18 mois, à l’initiative de l’Agence régionale de santé (ARS) Île-de-France.

Ce jeudi 9 juin, près de 150 de ces personnes se sont réunies à l’Agora de Mantes-la-Jolie pour la restitution de cet important projet territorial de santé. Dans les faits, ce travail a mené à la création future de deux Maisons de santé pluridisciplinaires (MSP), à Mantes-la-Jolie et Mantes-la-Ville. Ces MSP permettent de regrouper en un même lieu, plusieurs professionnels de santé, médicaux, paramédicaux et médicaux sociaux.

« L’intérêt pour les professionnels est de sortir de l’exercice isolé de l’activité libérale, de bénéficier d’un secrétariat médical dégageant du temps de soin et de contribuer à la formation des professionnels de santé, indique Patrick Lefoulon, médecin généraliste et porteur du projet de MSP à Mantes-la-Ville. Pour les patients, cela permet d’avoir un ensemble de services regroupés à proximité. »

De ce projet territorial a aussi émergé la création d’un numéro d’appel unique destiné au professionnel devant faire face à une situation qu’il juge complexe. C’est le cas lorsque l’état de santé, le handicap ou la situation sociale d’un patient nécessite l’intervention de plusieurs catégories de profession-
nels de santé. Cette plateforme permet d’obtenir l’informations et l’orientation des professionnels vers les ressources du territoire, via un seul numéro.