Mardi au petit matin, les policiers se sont rendus au domicile parental situé dans le quartier du Val Fourré. En effet, l’homme de 25 ans habitait avec ses parents, absents au moment des faits puisqu’à l’étranger depuis plusieurs semaines. A cette occasion, aucune arme ni explosif n’aurait été découvert. Pour autant, les enquêteurs ont mis la main sur des documents ainsi que du matériel informatique, actuellement en cours d’analyse. Par ailleurs, trois personnes âgées de 27 ans, 29 ans et 44 ans, appartenant à l’entourage de Larossi Abballa, ont été placées en garde à vue.

François Molins, procureur de la République de Paris, a déclaré que le terroriste avait « prêté allégeance » à l’État islamique trois semaines plus tôt. Egalement, l’homme «s’était livré pendant son incarcération à des actes de prosélytisme d’islamisme radical».

Mardi après-midi, les forces de l’ordre ont arrêté trois personnes et perquisitionné leur domicile respectif.
Mardi après-midi, les forces de l’ordre ont arrêté trois personnes et perquisitionné leur domicile respectif.

A sa sortie de prison, il a été soumis à différentes obligations et convocations de la part du service pénitentiaire d’insertion et de probation. « Aucun incident (…) n’a été signalé au juge d’application des peines», a noté François Molins. Dans le cadre de l’enquête en cours, d’autres interpellations sont à prévoir notamment pour savoir si Larossi Abballa a pu faire appel à d’éventuels complices.