Ce mercredi 15 juin, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées pour se recueillir à proximité du domicile du couple tué. Parmi elles se trouvaient de nombreux Magnanvillois et habitants des communes voisines.

Autour du maire de Maganville, Michel Lebouc (PCF), plusieurs élus locaux ont aussi tenu à être présents tels Sophie Primas (LR), sénatrice-maire d’Aubergenville ; Karl Olive (LR), maire de Poissy ; Serge Ancelot (SE), maire d’Auffreville-Brasseuil ; Daniel Maurey (SE), maire de Boinville-en-mantois ; Michel Vialay (LR), maire de Mantes-la-Jolie ; etc. A noter aussi la présence de Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français.

De nombreux bouquets ont été déposés par des Magnanvillois et des habitants de communes voisines.
De nombreux bouquets ont été déposés par des Magnanvillois et des habitants de communes voisines.

« C’est un moment de rassemblement souhaité avec les Magnanvillois et les élus aux appartenances politiques diverses, pour montrer qu’on est tous unis, a déclaré Michel Lebouc. C’est un moment difficile, il y a cet hommage aux victimes mais aussi le soutien aux forces de sécurité et la reconnaissance pour les hommes et les femmes qui luttent au quotidien pour notre sécurité à tous. »

Ensuite, tous ensembles, les centaines de personnes ont observé une minute de silence en mémoire aux victimes et ont entonné la Marseillaise à l’unissons. Élus et habitants ont ensuite été invités à signer un registre de condoléances, qui sera remis à la famille.

Les habitants des villes alentours se recueillent aussi

Lors du moment de recueillement organisé à Magnanville ce mercredi 15 juin, dans la foule de plusieurs centaines de personnes, beaucoup d’habitants des villes voisines ont fait le déplacement. Ils étaient nombreux à avoir ramené des fleurs qu’ils ont déposées à proximité du lieu du drame.

« Je suis venu par solidarité, pour rendre hommage aux deux policiers tués et apporter mon soutien aux gens qui risquent leurs vies pour nous », exprime un Hargevillois.

Une habitante de Mantes-la-Ville explique avoir tenu à venir « pour partager l’émotion ». « On n’habite pas loin donc on se sent particulièrement touché, ajoute-t-elle. Si proche qu’on a entendu les détonations lors de l’assaut. »