Le corps sans vie de Dominique Ghys, adjoint (FN) en charge de la jeunesse, des sports et de la vie associative à la mairie de Mantes-la-Ville, a été retrouvé mort vendredi matin, à 8 h 30, à son domicile, par un employé de la ville qui lui servait de chauffeur, dans une mise en scène s’apparentant à un jeu sexuel qui aurait mal tourné.

Le procureur de Versailles, Vincent Lesclous, chargé de l’enquête, a été en mesure de confirmer lors d’une conférence de presse, que la porte était ouverte quand l’agent municipal s’est présenté au domicile de l’élu. Les secours ont été immédiatement alertés, mais Dominique Ghys « était mort depuis un certain temps déjà ».

Le magistrat a précisé que l’on ne connaissait pas, pour l’heure, la cause du décès. L’homme a été retrouvé « à même le sol, les bras repliés vers le haut » et portait à chaque poignet « une sorte de bracelet de force pourvu de manilles et d’anneaux métalliques ». Il portait également « un collier autour du cou, d’où partait une chaîne », mais « ses mouvements étaient libres ».

Par ailleurs, Vincent Lesclous a ajouté que « divers objets ou produits ont été découverts autour du corps du défunt, qu’on peut rattacher sans équivoque à des pratiques sexuelles de type sadomasochistes ». Aucune trace de coups ou de lésions n’étaient apparentes. Une autopsie a été pratiquée lundi dans le cadre de l’enquête, révélant que l’homme serait mort de cause naturelle.

Âgé de 63 ans, l’élu avait rejoint l’équipe du maire (FN), Cyril Nauth, aux élections municipales de 2014, après avoir été éducateur sportif au stade nautique international de Mantes-la-Jolie, où il était embauché en mi-temps thérapeutique. En effet, en 1988, alors qu’il travaillait à la ville de Creil, il avait été victime d’un accident lors d’une séance d’entraînement de rugby avec des jeunes.

Yasmine Benzelmat, conseillère régionale d’Ile-de-France (FN) avait côtoyé Dominique Ghys à plusieurs reprises lors de cérémonies et d’un meeting de campagne. Elle se souvient d’un homme « impliqué, qui aimait son travail et mettait la main à la pâte ». Il était néanmoins fort discret, tant en conseil municipal que vis-à-vis de la presse locale.

Disposant de « peu d’informations sur sa vie personnelle » selon les enquêteurs, la police judiciaire de Versailles poursuit son investigation. Mantes-la-Ville a par ailleurs, rendu hommage à l’adjoint, par une minute de silence qui s’est tenue pendant le forum des associations de samedi dernier.