Le Centre d’action culturelle (Cac) Georges Brassens rencontre des difficultés financières. « Le Cac est en difficulté depuis 2012, reconnaît Claire Guerin, directrice du Cac. Et la suppression des moyens de la part du Conseil départemental est un nouveau signal. » En cause, la structure a vu les subventions de la part du département pour le fonctionnement passer de « 50 000 euros il y a deux ans, à 38 000 euros l’année dernière et zero cette année ».

Première conséquence pour le lieu de culture : « On est passé de 13 salariés il y a un an, à dix, détaille la directrice. Il y a eu deux départs en retraite non-remplacés et un licenciement économique. » Même si « pour l’instant [la situation] n’est pas catastrophique », l’offre musicale pourrait être impactée. « La prochaine mesure pourrait être de ne plus programmer de concerts car les recettes de billetterie ne suffisent pas. ».

Pour l’année prochaine, « on verra si les partenaires confirment leur confiance dans le projet », explique la directrice. Avec une incertitude : les subventions de la part de la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise (GPSEO). « La convention de la Camy (ancienne communauté d’agglomération du Mantois, Ndlr) a été reprise cette année, mais on ne sait pas pour l’année prochaine. » « On aimerait des réponses à nos questionnements. »