Peu de marges de manoeuvres, et un avenir tout en restrictions. L’analyse, peu optimiste, est de la Chambre régionale des comptes (CRC) d’Île-de-France dans son rapport examinant la gestion communale de 2008 à 2014. Alors, elle recommande à la majorité LR, élue en 2014, de continuer son plan de réduction des dépenses.

« La situation de l’équilibre économique de Conflans n’est pas réglée », avertit l’adjoint aux finances, Jean-Michel Cecconi (UDI). Après une augmentation d’impôts et plusieurs tours de vis, du personnel aux associations en passant par la récente fermeture des bains-douches, la continuation de « l’effort de gestion » demandée par la CRC s’avèrera néanmoins difficile : « On commence à gratter l’os », avoue le maire Laurent Brosse (LR).

La CRC s’alerte par ailleurs d’un autofinancement en baisse combiné à une dette élevée comprenant trois emprunts structurés, dits « toxiques » : « 42 % de l’encours de la dette communale est désormais identifié F6, niveau le plus élevé en termes de risque ». Si ces emprunts ont généré « des gains estimés à 1,8 million d’euros jusqu’en 2013 », ils constituent aujourd’hui « un risque de perte potentielle » de 15 millions d’euros.