Après une saison réussie pour son retour en CFA, l’AS Poissy a connu de nombreux changements à l’intersaison. Vincent Magniez, ex-capitaine du club, est de retour, au poste d’entraîneur des gardiens. Il a emmené avec lui Vincent Planté et ses 228 matchs de Ligue 1 et Ligue 2. Une amitié qui débute en 1994, à Wasquehal. A l’époque, Magniez découvre le National et Planté est un jeune espoir du club nordiste.

Là-bas, Vincent Magniez joue et donne de son temps aux jeunes. Il se souvient : « Pendant l’hiver, il me cassait les couilles une fois l’entraînement terminé pour travailler son jeu au pied, moi j’avais qu’une envie : aller me réchauffer autour d’un café ». Il ajoute : « il avait tout pour lui, et surtout le côté fou qui caractérise les gardiens ». 1996, c’est le grand écart. Planté part à Cannes, Magniez à Calais.

Le premier évolue en 2ème division, le second en CFA, mais les deux hommes restent en contact dans les années 90 grâce à l’arrivée des téléphones portables. Selon Vincent Magniez, « Le Ch’ti, quand il apprécie quelqu’un, il ne le perd jamais de vue. » Le mal du pays sera d’ailleurs au coeur de leurs échanges. « En arrivant dans le Sud, je me suis gravement blessé, j’étais loin de chez moi et Vincent m’a soutenu et conseillé » ajoute Vincent Planté qui assure s’être imprégné de l’expérience de son aîné, sur l’aspect mental notamment.

Nouveau tournant cet été. Les coachs Kader Chehida et Guillaume Serra proposent à Vincent Magniez d’intégrer le staff pisciacais dans un rôle qu’il exerce déjà à Houilles, Triel-sur-Seine et aux Mureaux, depuis l’arrêt de sa carrière en 2012. Il en rêvait : « Quand on est arrivé en 2004 avec mon épouse, on est tombé amoureux du club et de la ville, mes enfants sont nés ici, j’avais 31 ans, je voulais finir ma carrière à Poissy », explique celui qui fut le chouchou du stade Léo Lagrange.

Au même moment, après son départ du Red star, Vincent Planté est sans club. Magniez le met en contact avec le président Bruno Seuillet. Planté accepte le défi et prend une licence amateur, effective depuis le 6 octobre dernier. « A 35 ans, quand tu as joué à Saint-Etienne, Guingamp ou Caen, venir ici, c’est par passion », décrypte Magniez. Planté insiste : « J’avais surtout envie de jouer et retrouver un challenge ».

Les deux hommes se félicitent de la belle émulation avec Sébastien Renot, qui a débuté la saison comme titulaire. « Je me suis dit : qu’est-ce que je vais pouvoir lui apporter ?, se demande Magniez à la rentrée. Il m’a dit de faire comme lorsqu’il était en U15 ». Humilité, bonhomie et amour du jeu caractérisent bien ces deux romantiques, aussi considérés comme de véritables leaders de vestiaire. Et c’est désormais à Poissy que s’écrira la suite de leur histoire.

Crédit photo: AS POISSY