La mobilisation aura été plus forte mais n’aura pas profité à Alain Juppé. Par rapport au premier tour, 28 500 électeurs de plus se sont rendus aux primaires « de la droite et du centre » dans le département. François Fillon y arrive en tête avec près de 66 % des suffrages. Une fois les résultats passés, dimanche soir, le mot « rassemblement » était sur toutes les lèvres.

« Des gens qui n’étaient pas venus voter au premier tour se sont déplacés aujourd’hui » annonce fièrement Raphaël Cognet (LR), président du bureau de Mantes-la-Jolie. Même tendance aux Mureaux où Fatima Boussetta (LR) et Papa Waly Danfakha (PRG) dressent le même constat: « les quartiers se sont plus mobilisés ». Certains électeurs de gauche, comme ce couple de Muriautins, ont soutenu Juppé, « parce qu’on ne veut pas de la politique Thatcher ».

A Aubergenville, Sophie Primas, soutien de François Fillon, a bousculé son programme. A 18 h, elle se rend sur Paris au QG de François Fillon. Elle ne reviendra à sa permanence qu’à 23 h 30. «C’est un moment de joie » concède-t-elle avant d’en appeler à la responsabilité de chacun : « ce résultat porte un espoir, il faudra y répondre ». La sénatrice-maire se veut optimiste quant à l’union à droite « car les deux projets n’étaient dans le fond pas si différents ».

A Poissy, les militants sont réunis autour de la télévision, à la permanence de Karl Olive (LR). Le maire, proche d’Alain Juppé, s’exprime en direct sur M6 en même temps que les premiers résultats tombent. A 21 h 20 lorsqu’il vient saluer son équipe, il se veut triomphant : « Avec plus de 4 millions d’électeurs, c’est une grande victoire pour la droite et le centre ». Fustigeant le quinquennat de François Hollande, il prévient : « Demain il ne faudra pas se tromper de combat. On fera tout pour que François Fillon soit notre prochain président ».

L’heure est déjà au rassemblement. Nathalie Bel Baussant (LR), référente yvelinoise de la campagne Fillon 2017 est venue saluer les militants Juppéistes à Poissy. « Merci pour cette campagne qui a été saine » avant d’ajouter « on va être amené à beaucoup se voir pour faire face à la caricature proposée par nos adversaires ».

Karl Olive a d’ailleurs sa petite idée, pour rassembler. Il souhaite que Gérard Larcher (LR) devienne le futur premier ministre de François Fillon, « car il faudra une courroie de transmission, un sage qui a de la rondeur ». Sophie Primas botte en touche et préfère en rire : « on n’est qu’au premier jour de la campagne ».

David Douillet gêné par les 15 % qui ont fait perdre Sarkozy

Le député de la XIIème circonscription des Yvelines, conseiller spécial de Valérie Pécresse (LR) à la présidence de la Région a réagi la semaine dernière à l’élimination de Nicolas Sarkozy (LR) dès le premier tour de la primaire « de la droite et du centre ».

« C’est la loi des urnes, il y a quand même un sentiment compliqué à gérer, 15 % des votants ne sont ni de droite, ni du centre et ont bouleversé ce scrutin ». L’ancien champion de judo s’interroge sur le système des primaires : « jusqu’où on élargit ? Comment et pourquoi ? ».

« Nicolas Sarkozy est un compétiteur, il a accusé le coup avant de se projeter dans l’avenir » a déclaré David Douillet qui était présent à la permanence de l’ancien président, lors du premier tour. Il s’est dit « frappé par la dignité d’un homme qui a beaucoup donné à la France ».