« Merci d’être venus, même si l’hiver, lui, se fait attendre ». Jean-François Raynal, vice-président délégué aux mobilités au Conseil départemental, a lancé le plan de viabilité hivernale, effectif du 14 novembre au 13 mars. Le but : éviter toute paralysie du trafic à l’arrivée des premiers flocons, sans en augmenter le coût. Du coup, le Département a trouvé quelques parades.

Un dispositif important mis en place cet hiver et « constant par rapport aux années précédentes » selon le vice-président du Département. Comme le rappelle Jérome Chiasson, sous-directeur en gestion et exploitation des routes départementales, « 37 agents resteront en astreinte 24 h/24 et 122 sont susceptibles d’intervenir sur 24 engins qui déverseront 3 850 tonnes de sel ».

Ainsi, pour saler les 1 400 kilomètres du réseau routier départemental, le sel est désormais acheté en Afrique du Nord, car moins cher. « Imaginez qu’il en faut 500 tonnes pour 200 kilomètres de réseau, je vous laisse calculer », interroge Jean-François Raynal. Quatorze agriculteurs volontaires qui ont signé « une convention basée sur le défraiement » seront également mobilisés pour désencombrer les routes situées en secteur rural.