D’ici quelques mois, les Pisciacais allant chercher un renseignement en personne comme par téléphone, ou des documents officiels à l’accueil de leur mairie, auront peut-être affaire au salarié d’une entreprise privée. La mairie de Poissy a en effet lancé un appel d’offres pour « la mise à disposition d’un salarié (agent d’accueil) au sein du guichet unique ». La CGT yvelinoise condamne cette privatisation.

Cette demande de service, lancée la semaine dernière par la mairie, affirme pour « finalité première le maintien du service public de qualité par la mise en place de personnel qualifié ». L’attribution du marché se fera « à l’offre économiquement la plus avantageuse », le prix représentant 60 % de la note finale parmi les critères pris en compte pour la sélection de l’entreprise (ou de l’association, Ndlr).

Les entreprises ont jusqu’au 19 décembre pour faire acte de candidature. L’appel d’offres englobe la participation du salarié à la gestion, pour une année, du « guichet unique » de l’hôtel de ville. Cela concerne l’accueil physique ou téléphonique, en passant par la réception des courriers, la remise des cartes d’identités ou le contrôle de la propreté de l’espace d’accueil.

Le recrutement est sollicité pour 42 heures de travail par semaine, normalement aux horaires d’ouverture de la mairie, même s’ils pourront être « élargis » ou connaître des variations en cas de « prestations exceptionnelles ». La société aura par ailleurs l’obligation, « en cas de défaillance ou d’absence », de le remplacer « dans les deux heures qui suivent ».

« C’est dans sa politique », commente Catherine Couturier, coordinatrice départementale CGT des agents territoriaux, que cette décision « ne surprend pas ». Un peu blasée, elle analyse : « On déshabille le personnel pour dire que le service public n’est plus efficace. Comme cela, on sous-traite au privé. »

Alors, forcément, elle « condamne » cette privatisation de l’accueil municipal. Mais surtout, la représentante syndicale yvelinoise s’inquiète pour l’avenir : « Si on en est là aujourd’hui, qu’en sera-t-il demain ? Comment seront gérées les crèches ou la médiathèque, qui appartiennent à la commune ? »

Le maire Karl Olive (LR), qui n’a pas souhaité commenter cet appel d’offres, franchit ici une nouvelle étape dans sa gestion des fonctionnaires. Il fait en effet suite au lancement d’un plan de départs volontaires au printemps dernier. Il avait aussi, en mars dernier, envoyé un courrier aux médecins pisciacais, leur demandant « une vigilance accrue » quant aux arrêts de travail des agents municipaux.