Le site historique de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Paris, autour de la rue des Martyrs de Chateaubriand, va connaître une nouvelle jeunesse. Si la CCI s’est progressivement désengagée du lieu depuis une quinzaine d’années, un quartier de 289 logements, dont 35 % sociaux, va y voir le jour à l’horizon 2020.

Ce projet est divisé en deux parties, respectivement au Nord et au Sud. Pour la première partie, « le permis de construire sera déposé en fin d’année », prévoit Hugues Ribault (LR), le maire d’Andrésy. Et d’ajouter que « les travaux devraient démarrer fin 2017, pour deux ans de construction ». La seconde phase, au Sud, sera « décalée de six mois à un an » par rapport à la première et « l’ensemble sera livré fin 2020 », poursuit le premier magistrat.

Ce nouveau quartier comptera 35 % de logement sociaux. Parmi les 289 logements se trouveront « 190 logements en accession à la propriété, 49 logements sociaux et 53 logements intergénérationnels », détaille Hugues Ribault. Ces derniers « comptent pour des logements sociaux » et seront dans « une résidence réservée aux jeunes ménages et aux seniors ».

Pour Virginie Muneret, conseillère municipale d’opposition du groupe Andrésy dynamique, « cette résidence n’a rien d’intergénérationnelle, […] c’est simplement un endroit où il y aura du logement social ». Cette dernière estime que si « il est dit qu’il faudra privilégier des jeunes et des personnes âgées, […] réglementairement, ils seront obligés d’accepter de loger toute personne qui répondra aux critères du logement social ». L’élue regrette également « une densité de logements trop importante ».

Si tous les bâtiments du site actuel seront détruits pour permettre aux nouvelles constructions de sortir de terre, la maison en meulière sera conservée et transformée en duplex. Le vaste parc de 6 800 m² sera également conservé. Il « restera public et sera entretenu par la Ville », assure Hugues Ribault.

La voirie refaite et l’école du parc agrandie

Avec l’arrivée de ce nouveau quartier, des travaux de voirie sont prévus. La construction de logements va également entraîner l’arrivée de nouveaux élèves. Pour cela, l’école du parc va avoir droit à « une extension et une remise aux normes », d’après le maire Hugues Ribault (LR).

L’opposition municipale, en la personne de Lionel Wastl (EELV), relève que « les riverains sont inquiets pour le stationnement et la circulation ». Il ajoute « ne pas être sûr que les rues soient calibrées » pour l’arrivée d’autant de nouveaux habitants.

D’après Hugues Ribault, l’avenue des Robaresses doit être élargie pour passer de 7 à 12 mètres, avec un trottoir aux normes et de nouvelles places de stationnement. Le maire assure également que ce nouveau quartier n’aura « pas d’impact sur la circulation » andrésienne.

Il se satisfait d’ailleurs que dans le cadre d’un « partenariat public-privé négocié avec Citallios (aménageur public des conseils départementaux des Yvelines et des Hauts-de-Seine, Ndlr) », ce dernier va « refaire la voirie ». Quant à l’école, il prévoit un chantier estimé à « 3,5 millions d’euros […], sur lesquels Citallios s’engage à contribuer à hauteur d’environ un million d’euros ».