Woodi Gangst est venu dans Le Live présenter au micro de Vee son dernier EP, Informel, mélange de sincérité et de caractère. Il résume son travail mieux que personne :
« Le titre Informel, c’est pour la façon dont j’ai préparé le projet, et pour la personne que je suis moi-même, j’ai plusieurs flow dedans ».

Il a mûri son travail en huit mois, pour huit chansons, qu’il a travaillées par des méthodes bien précises. « Moi, j’écris en fonction des prod’. Quand j’entends une prod’, elle me parle : c’est comme si elle parlait une langue que je comprends, analyse-t-il. J’essaie de retranscrire à travers mes mots ». Cet EP, « autobiographique à 75 % », était aussi pour le rappeur le moyen de lâcher toute sa passion et sa fougue, en forme d’exutoire.

Woodi Gangst s’est aussi exprimé sur sa vision du rap en général. C’est pour lui « un monde dans lequel chacun vient inventer son personnage et vient se défendre, c’est comme un jeu, c’est du cinéma pour moi ». Influencé par IAM, Monsieur R ou encore Lino, le jeune homme prépare un album courant 2017, avec des influences africaines intégrées notamment dans des morceaux où des artistes africains sont invités.

Credit photo : LFM Radio