« On est très satisfaits de cette piste », se réjouit le président de l’Aéromodèle club de Limay (AMCL), de son installation à Hardricourt. Historiquement situé depuis 1968 à Limay où le club de modèles réduits d’aéronefs avait vu le jour, il avait dû quitter son terrain d’entraînement à la fin de l’année 2015. La raison : le conseil régional menaçait la municipalité de supprimer le classement du site en Réserve naturelle régionale (RNR).

Mais depuis septembre dernier, Hardricourt est devenu la nouvelle terre d’accueil du club où celui-ci a pu trouver une piste pour accueillir ses adhérents. L’association va également y déménager son siège social et en a profité pour changer de nom. L’AMCL devient ainsi le Mach 78, Modèle air club d’Hardricourt.

« C’était un épisode plutôt difficile », se souvient Stéphane Lenain, président de l’AMCL, du départ de Limay. Avec pour résultat la perte de nombreux adhérents, ce chiffre passant de 68 à 23. « Il y en a qui n’ont pas renouvelé car début 2016 nous n’avions pas de nouvelle piste, explique le président. Et d’autres ont été découragés par la lourdeur de la tâche, notamment des travaux de terrassement [sur le nouveau terrain]. »

Pendant l'été, plusieurs aménagements ont été nécessaires pour rendre les 65 m de piste pratiquables.
Pendant l’été, plusieurs aménagements ont été nécessaires pour rendre les 65 m de piste pratiquables.

Le déménagement définitif s’opérera dans les prochains jours, mais le nouvellement Mach 78 a pu accéder au terrain depuis la fin juin. « Il a ensuite fallu l’aménager et on vole dessus depuis septembre », raconte Stéphane Lenain. Ces aménagements avaient pour but de rendre la piste praticable : « Nous avons renouvelé la terre, l’avons tassée pour qu’elle soit lisse, et récupéré des rouleaux de gazon synthétique pour avoir une piste plate. »

Si Stéphane Lenain confirme « un grand soulagement d’avoir trouvé cette solution » et ne manque pas d’en remercier la commune d’Hardricourt, les conditions étaient légèrement meilleures à Limay. Le terrain passe ainsi de « trois hectares (30 000 m², Ndlr) avant, à 2 500 m² aujourd’hui », avec une piste plus courte. Stéphane Lenain vante cependant une nouvelle piste « bien située, loin des habitations » et « des conditions de vol parfaites ».

Crédit photo : MACH 78

Les drones démocratisent l’aéromodélisme

L’aéromodélisme est l’activité consistant à « piloter, apprendre à piloter ou construire des aéronefs », détaille Stéphane Lenain, président du Mach 78, Modèle air club d’Hardricourt. En vol libre ou pilotés avec une « aérocommande », ces aéronefs peuvent être des modèles réduits de planeurs, d’avions, d’hélicoptères, et même des drones qui entrent dans cette catégorie.

Parmi les nouveaux arrivants, en plus de ceux qui reviennent après avoir pratiqué l’aéromodélisme par le passé, Stéphane Lenain remarque de nouvelles arrivées liées aux drones. Avec la démocratisation de ces derniers, le président du club note ainsi « une vague de jeunes qui découvrent l’activité en ce moment ».

« Si pour certains, ça ne va pas plus loin, d’autres s’y intéressent encore plus », indique-t-il de ces nouveaux amateurs. Et pour ceux qui voudraient prolonger l’aventure, le Mach 78 propose des cours pratiques de pilotage mais aussi des cours théoriques. Ces derniers peuvent d’ailleurs aller jusqu’à étudier « l’aérodynamique et la météorologie », explique Stéphane Lenain.