La semaine passée, LFM Radio organisait ses traditionnels vœux, « Pour la tolérance » cette année. Grande nouveauté pour cette troisième édition, c’est dans le hall 5 du Parc des expositions mantais que se tenait l’événement.

Plus de 450 invités ont répondu présents, parmi lesquels des personnalités associatives, politiques, religieuses et économiques.Sur la scène, les différents orateurs ont donc naturellement placéleurs vœux sous le signe de la tolérance. « La tolérance ne rime-t-elle pas avec la différence ?, a demandé Saadia Aredjal, présidente de LFM Radio, au parterre d’invités. Je vous laisse méditer sur cette notion pour enfin faire changer les choses. »

La directrice d’antenne, Hakima Aya, a insisté sur le travail de la radio associative en faveur de la tolérance. « LFM est une association, c’est aussi un média local de proximité, a rappelé Hakima Aya. Ses missions sont d’informer, de divertir et d’amener son public à s’intéresser à la vie citoyenne. »

Après des propos à portée locale, le discours du fondateur de LFM, Lahbib Eddaouidi, a pris une envergure nationale. Ce dernier est notamment revenu sur les vœux de 2015, qui s’étaient déroulés quelques jours après les attentats des 7 et 9 janvier. « Je tiens à rendre hommage devant vous, encore une fois, à toutes les victimes du terrorisme », a solennellement déclaré Lahbib Eddaouidi.

« Ses missions sont d’informer, de divertir et d’amener son public à s’intéresser à la vie citoyenne »

Avant de pointer les « deux adversaires » qui nourrissent « nos craintes » : « les deux frères jumeaux que sont le fondamentalisme religieux et le fondamentalisme identitaire ». Et d’ajouter que « Daesh comme le Front national poussent les Français à se diviser, à se méfier les uns des autres, à douter de leur patriotisme. »

Le fondateur de LFM a conclu en se tournant avec espoir vers la jeunesse, « parmi ceux que nous recevons tous les jours à la radio et qui la font vivre ». « Ils sont la France de demain, et croyez-moi, ils ont bien l’intention que cette France soit plus belle et rayonnante que jamais », a conclu Lahbib Eddaouidi.

Cette jeunesse, justement, a été bien représentée sur scène. Dans un premier temps par la chorale des Tilleuls de Mézières-sur-Seine, composée d’élèves de CM1 et de CM2. Puis par Djamila, 13 ans, gagnante du Tremplin LFM en 2015, qui a notamment repris Parce qu’on vient de loin de Corneille sous les applaudissements nourris du public.

Armées de leur courage sans doute acquis au cours de leurs heures passées à la radio, Ines et Salima, deux très jeunes apprenties journalistes de LFM ont également pris la parole. « J’ai appris la tolérance et nous vous l’apprendrons », ont-elle clamé d’une seule voix.

La série de discours a été clôturée par le président de conseil départemental, Pierre Bédier (LR). Celui-ci a évoqué la tolérance sur une échelle internationale en évoquant notamment les dernières élections présidentielles américaines. « Nous sommes des simples citoyens français alors que pouvons-nous faire ?, s’est demandé Pierre Bédier à la tribune.

« Nous devons inlassablement faire ce travail de citoyenneté pour appeler au respect de la différence, et lutter contre le racisme », a apporté en guise de réponse le président du conseil départemental plus tard dans son discours.

Avant de conclure : « Nous apportons ce soir, avec LFM, avec vos vœux, une toute petite pierre à la construction de ce monde de tolérance. »