La mairie d’Achères avait fait l’objet de deux grèves et manifestations en novembre, à l’appel de la CGT. Deux sessions de négociation entre la municipalité et les délégués du personnel ont permis l’obtention de plusieurs exigences portées par le syndicat : audit à venir d’un cabinet d’expertise indépendant sur la souffrance au travail, création prochaine d’un organigramme, garanties du maintien des congés et du taux d’encadrement par les Agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (Atsem).

Deux sessions de négociation entre la municipalité et les délégués du personnel ont permis l’obtention de plusieurs exigences.

« On a eu deux séances de négociation, c’était infernal », se souvient Catherine Couturier, déléguée syndicale et secrétaire de la CGT de la mairie d’Achères. Des garanties de prolongation ont également été données pour trente postes, soit des agents contractuels, soit des emplois d’avenir aussi concernés par des formations à venir (elles sont normalement obligatoires pour les contrats d’avenir, Ndlr) : « C’est une forme de déprécarisation. » Une seule demande reste encore en suspens. Elle concerne « les conditions dans lesquelles est transférée le personnel dans la communauté urbaine » Grand Paris Seine et Oise (GPSEO), indique Catherine Couturier.