Depuis avril 2015, plusieurs habitants de la résidence Copernic payaient sans le savoir des factures d’eau qui étaient celles de leur voisin, et vice-versa. L’erreur remonte à l’installation de nouveaux compteurs par Suez dans cette résidence, composée des deux immeubles aux 21 et 23 rue de Becheville. Elle est aujourd’hui réglée… mais certains habitants doivent aujourd’hui de conséquents arriérés à l’entreprise. Des échéanciers ont été mis en place.

« Certains numéros de compteur ont été attribués au même numéro d’appartement, mais dans le mauvais immeuble », explique Patrice Coulon, secrétaire de l’Association de défense des locataires de la résidence Copernic des Mureaux (ADLRCM). Suez (anciennement Lyonnaise des eaux) confirme que « l’origine du problème est que des numéros d’appartements ont été inversés ».

Par exemple, les habitants de l’appartement numéro 207 de l’immeuble situé au 21 rue de Becheville payaient la facture d’eau de l’appartement numéro 207 de l’immeuble situé au 23 rue de Becheville, et inversement. Dans cette résidence qui compte 26 compteurs, cinq inversions ont eu lieu, soit dix appartements impactés.

La compagnie de gestion de l’eau indique que « chaque locataire peut mettre en place un échéancier » pour régler les sommes dues.

Fin 2016, l’ADLRCM remarque une première inversion, sans doute à cause de l’importante différence de consommation d’eau entre les deux foyers concernés. Un locataire du 21 vivant seul se voyait facturer la consommation de « 476 m³ » d’une famille située au 23, alors que cette dernière avait une facture de « 21 m³ », celle de l’homme seul, indique Patrice Coulon.

L’association de défense des locataires a alors signalé « le problème » à Suez. « L’erreur venait de notre part et on a corrigé au plus vite », reconnaît-on à Suez. Si cette première inversion a été « corrigée le 3 janvier » d’après Suez, Patrice Coulon confie s’être dit « qu’il devait y avoir des erreurs ailleurs ».

En effet, « une enquête complète sur tous les compteurs », que Suez indique avoir menée, va mettre en lumière l’inversion de huit autres compteurs. Conséquences : certains locataires vont être remboursés pour avoir payé une somme supérieure, ces sommes allant jusqu’à plus de 300 euros. Mais d’autres doivent désormais régler à Suez les consommations qui ne leur étaient jusque-là pas facturées, des chiffres qui peuvent également s’élever à plus de 300 euros.

La compagnie de gestion de l’eau indique que « chaque locataire peut mettre en place un échéancier » pour régler les sommes dues. Patrice Coulon demande de son côté « un échéancier de minimum 12 mois », arguant que « c’est eux qui ont fait l’erreur ». Suez estime que cette inversion de compteurs est due à un « concours de circonstances » et assure que ce genre de situation est « rare ». Mais l’ADLRCM souhaite « savoir si d’autres erreurs existent ».