Dix-huit nouvelles oeuvres de Maximilien Luce viennent donc compléter les collections du musée mantais de l’Hôtel-Dieu. Ce dernier avait été dédié l’an dernier à une exposition autour de ce peintre néo-impressionniste, dont il possède de nombreuses oeuvres données par son fils en 1977. La municipalité avait par ailleurs déjà acquis deux tableaux du peintre l’an dernier.

« Luce était un grand témoin des conflits sociaux et armés de son temps », note le maire Michel Vialay (LR) du peintre ayant vécu à Rolleboise de 1917 à sa mort, en 1941. Les seize gravures sont des portraits de contemporains parfois célèbres, comme le peintre Camille Pissarro. Les descendants du peintre ont par ailleurs donné deux oeuvres, un projet d’affiche de 1914, et une huile sur carton de 1917.

« Nous avons, je crois, la première collection de Maximilen Luce de France », précise-t-il des plus de 330 oeuvres aujourd’hui au musée mantais. La transformation de ce dernier en un établissement dédié à Luce, elle, est toujours « en réflexion ». Elle avait été évoquée à plusieurs reprises depuis 2015 : « Un musée Maximilien Luce voudrait qu’on trouve d’autres lieux pour exposer autre chose, ou agrandir le musée. »