Une trentaine de poubelles incendiées, tout autant de voitures détruites, jets de projectiles, … Après Mantes-la-Jolie, c’est à l’Est que se sont déplacées les violences urbaines la semaine dernière. Parmi les communes les plus touchées, Achères et Carrières-sous-Poissy. Face aux appels à l’émeute, un dispositif spécifique a été déployé autour du commissariat des Mureaux (voir encadré).

Dans la nuit du 13 au 14 février, les policiers se rendent place des Quatre vents, dans la cité de la Noé. Ils ont été avertis qu’un groupe d’environ trente personnes dégradent les locaux de la maison de l’emploi et le centre de loisir à l’aide de pierres et de barres de fer.

Sur place, vers 2 h 25, les forces de l’ordre ont fait l’objet de jets de pierres, de tirs de mortier et de cocktail Molotov. Afin d’empêcher la progression des 53 fonctionnaires déployés, cinq véhicules ont été incendiés et deux autres mis sur le toit. Le portail du bureau de police a également été enfoncé, sans doute à l’aide d’une voiture bélier. Il n’y pas eu de blessés, ni d’interpellations, mais certains objets seraient partis « pour une analyse ADN », précise une source proche du dossier.

Deux jours plus tard, c’est à Carrières-sous-Poissy, que la police municipale est visée alors qu’elle sécurise l’intervention des sapeurs-pompiers pour un feu de poubelle rue des Frères Tisser, vers minuit et quart. Deux bouteilles d’acides sont lancées en direction des forces de l’ordre, sans les toucher.

A Achères, quatre jeunes mineurs, âgés de 17 et 16 ans ont été interpellés par les policiers, à proximité d’un feu de véhicule place du 14 juillet, samedi vers 21 h 30. Une bouteille d’essence a également été retrouvée sur place. En garde à vue, les quatre Achérois ont reconnu les faits. Ils sont suspectés d’avoir incendié plusieurs véhicules à hauteur de la rue Maurice Thorez.

Dans la nuit de dimanche à lundi, c’est à Mantes-la-Jolie que les policiers ont été visés par des cocktails Molotov, rue du docteur Fleming, dans le quartier du Val Fourré. Un groupe d’environ vingt personnes s’était rassemblé autour d’une voiture en feu, alors que pompiers et forces de l’ordre interviennent. Des pierres et deux cocktails Molotov ont été lancés en direction des fonctionnaires sans les atteindre.

Une journée sous tension aux Mureaux

Samedi 18 février, un important dispositif a été déployé autour du commissariat des Mureaux. Au total, une soixantaine de policiers ont été mobilisés, dont une demi-unité de CRS. La gendarmerie a également effectué une surveillance aérienne.

Toute la semaine, des appels à manifester en soutien à Théo, victime présumée d’un viol par un policier à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), ont été relayés par les réseaux sociaux.