Lors du dernier conseil municipal, les élus d’opposition ont quitté la séance après avoir interpellé le maire sur l’affaire de présumé détournement de fonds de l’Association jeunes Carrières (AJC). Le maire Christophe Delrieu (DVD) estime que ce départ était « prémédité ». Il attend par ailleurs une décision de justice sur cette affaire, dans laquelle le président de l’association est soupçonné d’avoir utilisé une subvention de 50 000 euros à des fins personnelles.

A l’ordre du jour du conseil municipal du lundi 6 mars, figurait le débat d’orientation budgétaire. Lorsqu’est arrivé le point sur le montant des subventions pour les associations, l’élu d’opposition Anthony Effroy (SE) est revenu sur l’affaire AJC. Il a rappelé avoir adressé un courrier au maire en février, pour demander la communication de plusieurs documents.

« Vous aurez une réponse à votre courrier, lui a assuré Christophe Delrieu. Il y a des pièces que vous demandez qui ont été données à la justice, donc quand elle nous les rendra, on vous les communiquera […]. Et il y a des pièces qui n’ont jamais été données à la Ville puisque l’association ne les a jamais fournies. »

Le maire a également affirmé que les « avocats de la ville travaillent sur ce dossier pour voir comment la Ville peut demander remboursement ». Il a cependant nuancé : « On va probablement devoir attendre qu’il y ait un jugement […] pour définir ce qui est vraiment détourné, et ce qui est vraiment utilisé par l’association parce qu’il y a quand même eu des choses réalisées ».

Anthony Effroy est intervenu pendant l’explication du maire et le ton est légèrement monté entre les deux hommes jusqu’à ce que Christophe Delrieu décide de poursuivre la séance. Décision face à laquelle Anthony Effroy a choisi de « quitter cette assemblée », et d’adresser au maire : « je trouve inadmissible votre méthode ».

L’ancien maire et désormais élu d’opposition, Eddie Aït (PRG), a à son tour questionné Christophe Delrieu sur cette affaire AJC. « Manifestement, vous avez un petit souci avec cette association, a adressé Eddie Aït à l’édile. On demande à ce que vous leviez les doutes là-dessus. Vous refusez de le faire donc on ne va pas perdre notre temps avec vous ce soir, on vous laisse avec vos élus, et profitez bien comme ça. »

Dans un communiqué commun envoyé au lendemain du conseil municipal, Eddie Aït et Anthony Effroy, expliquent avoir quitté la séance « faute de réponse de la part du maire et face à son agressivité certaine ». Le maire, interrogé après le conseil municipal, estime quant à lui que ce départ « était prémédité ». Christophe Delrieu affirme avoir entendu « un conseiller (d’opposition, Ndlr) demander : tu me diras quand il faut qu’on sorte ».