Les locataires du bailleur social Mantes en Yvelines Habitat (MYH) qui résident au Val Fourré pourront prochainement disposer d’un jardin partagé dans le quartier des Physiciens. Le but de ce projet expérimental ? Créer du lien, permettre aux différentes générations d’échanger autour du travail de la terre, mais aussi permettre à tous de réinvestir les espaces verts du quartier afin d’ aboutir à la réduction des jets et dépôts de déchets (voir encadré).

Depuis deux ans, Mantes en Yvelines Habitat mûrit ce projet qui doit naître rue James Joule, grâce au soutien de l’Association des jeunes des Physiciens (AJP), l’association La sève, et la municipalité mantaise, qui a elle-même trois autres jardins partagés en projet dont un dans le quartier des Aviateurs. Samedi dernier, une réunion était organisée avec les locataires intéressés à jardiner au pied de leurs immeubles, pour leur permettre de proposer des idées, notamment sur les végétaux à planter.

« Ce jardin-là est propice à créer du lien entre des générations qui rencontrent des difficultés à communiquer, explique Mam Nieng, responsable adjoint du pôle gestion de proximité à MYH. L’objectif, c’est la transversalité : il y a l’école à proximité, le CVS (Centre de vie sociale) de l’autre côté de l’avenue. On est ouvert à toute bonne volonté ! » En mars, les jeunes fondateurs de l’AJP ont visité les locaux de La Sève, à Sailly.

« L’esprit de La Sève, ce sont des jardins écologiques et solidaires, le jardin est le prétexte à une activité… même si on pourra bien sûr récolter, précise Mam Nieng. Par ces liens créés avec le jardin, on pourra aussi peut-être repérer des personnes en situation difficile. Ce n’est pas facile, dans une situation précaire, d’aller vers l’autre : on peut alors leur proposer de jardiner, et de prendre quelques salades ou carottes. »

Se réapproprier l’espace public pour mieux en prendre soin

La mise en place de ce premier jardin partagé par le bailleur social Mantes en Yvelines Habitat répond, par la création de liens entre habitants et avec les espaces publics du quartier, à la volonté d’améliorer la propreté au pied des immeubles. Cette action fait ainsi suite à la réalisation, en 2016, de chantiers de rénovation de cages d’escaliers par des jeunes du quartier.

« Les locataires sont invités à un pot convivial lors de la réception des travaux, indique Mam Nieng responsable adjoint du pôle gestion de proximité à MYH. En général, ces cages d’escalier aux peintures refaites par les jeunes, vivent bien plus longtemps que les autres. » Alors, la participation à un jardin partagé permettra peut-être d’éviter le dépôt de déchets : « C’est un lieu où on pourra aussi faire passer des messages plus facilement », poursuit-il.

« On a l’impression que certains habitants ne respectent pas les espaces environnant les immeubles, et c’est vraiment un sujet qui nous préoccupe, détaille de son côté Françoise Quintin, la directrice de MYH. Les gens jettent, on doit ramasser, ça coûte beaucoup d’argent. Il faut que les habitants arrivent à se réapproprier ces espaces : c’est beau, surtout en ce moment où tout est fleuri, il faut que ça reste propre. »