Les soutiens locaux de Nathalie Arthaud, candidate Lutte ouvrière (LO) dans la course à l’élection présidentielle, avaient rendez-vous à Poissy ce week-end. Une réunion publique y était organisée avec Jean-Pierre Mercier et Frédéric Hémery, tous deux délégués syndicaux de PSA à Poissy. Conscient que le parti n’accédera pas à l’Élysée, le parti d’extrême gauche souhaite surtout faire entendre sa voix parmi les onze candidats à la présidence.

« C’est essentiel que Nathalie Arthaud se présente sinon on laisse la parole aux autres, explique Jean-Pierre Mercier, qui sera également candidat LO aux élections législatives à Poissy. Il faut que le camp des travailleurs s’affirme, affirme son existence et ses exigences. » Alors que Jean-Pierre Mercier estime « les neuf autres [candidats] défendent le grand patronat », seul celui du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), Philippe Poutou, échappe à ses critiques.

Dans le public, un des participants a d’ailleurs demandé s’il n’y « avait pas la possibilité de faire un même camp ouvrier » rassemblant les deux partis. Jean-Pierre Mercier lui a répondu que deux partis permettent d’avoir « deux voix » qui défendent les mêmes idées, « soit l’interdiction des licenciements, soit les travailleurs immigrés, etc ».