Les trois salariés de l’association gérant le cinéma municipal, en grève depuis mercredi dernier, ont repris le travail. Le directeur du Cinéville a en effet signé vendredi, avec la mairie, la prolongation jusqu’à la fin de l’année de la convention d’occupation des locaux. Un accord « verbal » a également été passé, la mairie s’engageant « à la prise en charge d’une partie des indemnités de licenciements », précisait le jour même Claude Forest, le directeur.

« Il fallait laisser le temps aux salariés, aussi rassurer les partenaires, associations, personnes âgées et scolaires », expliquait samedi le maire Laurent Brosse (LR). Il reste cependant perplexe face à ce mouvement de grève : « J’estime qu’avec le courrier du 3 avril (où la municipalité indiquait sa participation possible aux indemnités, Ndlr), on avait donné au directeur tous les éléments pour qu’il puisse répondre à ses salariés. »

Le directeur du Cinéville a en effet signé vendredi, avec la mairie, la prolongation jusqu’à la fin de l’année de la convention d’occupation des locaux.

Après sa fermeture définitive, le 31 décembre prochain, la municipalité envisage la démolition du cinéma, mais aussi des bains-douches fermés en septembre dernier. Pour la suite, une étude a été confiée à l’aménageur public Citallios. Seule certitude : « L’idée n’est pas de refaire un cinéma. »