Auteur, producteur, compositeur, DJ Moh Green voyage aux quatre coins du monde sous ces multiples étiquettes pour faire découvrir ses musiques. Miami, Atlanta, Rio, Belgrade, il a mixé chez les plus grands et avec les plus grands, mais 2017 est l’année de la consécration : celle de son premier album, Pay me now.

Après avoir écumé les clubs du monde entier, il revient avec 19 titres et des collaborations des plus originales : Sean Paul, Sultan, Kenzah Fara… C’est l’histoire d’un mélange de styles.  « J’ai essayé de mélanger des personnes connues et pas connues, essayé de mélanger l’album et les origines », précise-t-il. Congolais, serbe, anglais, arabe : avec plus de six langues en un album, c’est aussi avec une invitation au voyage que le DJ pose les bases de sa carrière.

Car ces mélanges, il les tient avant tout de ses voyages. « C’est quand tu voyages que tu écoutes, que tu es vraiment dans le feu de l’action », explique-t-il ainsi au micro de Vee. Des voyages qui lui font désormais voir son pays d’origine, la France, autrement : « On te juge sur tout, en France, beaucoup on juge, et c’est vraiment Français ».