Alors que l’équipe première masculine de l’Olympique football club des Mureaux (OFCM) a réalisé une très bonne saison et validé son ticket pour la montée en Nationale 3 (ex-CFA 2), le club travaille également activement sur le développement de sa section féminine. Des jeunes filles y évoluent actuellement en U13 et U16, mais la responsable de la section féminine compte sur de nouvelles inscriptions pour démarrer la formation dès le plus jeune âge et voir le niveau monter progressivement.

En partie à l’origine de la création de la section féminine des Mureaux en 2006, Latifa Graij est revenue au club il y a un an, en tant que responsable de la section féminine. « Mon rêve était de créer une équipe féminine dans ma ville », raconte la responsable, qui souhaite désormais passer à la vitesse supérieure et attirer de nouvelles footballeuses des Mureaux, mais aussi de toutes les villes alentours.

Actuellement, le club de football muriautin compte une trentaine de jeunes filles réparties dans les catégories U13 et U16. La semaine dernière, deux sessions de détection étaient organisées pour attirer de nouvelles joueuses à l’OFCM pour la saison prochaine. La première a mêlé 18 nouvelles aux joueuses actuelles, et la seconde a rassemblé une quinzaine de jeunes filles ayant entre 6 et 12 ans.

« J’ai envie de faire comme pour les garçons et que la pratique commence dès les plus petites, indique Latifa Graij. L’objectif serait que ça commence en U6, qu’elles viennent apprendre les bases, qu’elles continuent et pourquoi pas qu’elles soient détectées [et] qu’on ait une vraie équipe professionnelle. » Pour attirer de nouveaux visages au club, la responsable de la section féminine compte notamment sur ces journées de détection, qui seront renouvelées en juillet et en septembre, mais aussi sur la communication du projet dans les écoles.

« Je veux prouver que ce ne sont pas que les hommes qui peuvent faire des bonnes conduites de balle et frapper face au but », sourit Amélie, jeune joueuse de l’OFCM.

« Beaucoup ne savaient pas qu’il y avait une section féminine aux Mureaux », regrette Latifa Graij. Mais si cette dernière estime qu’ « aujourd’hui, le foot attire les filles » ; Latifa Graij confie que ce sont leurs parents qu’il reste souvent à convaincre. « Les parents ont encore peur d’inscrire leurs filles dans un club de foot », explique la jeune femme, notamment en référence à « l’environnement masculin » qui entoure ce sport.

Un point de vue que partage Herlander Costa Santos, entraîneur de la section féminine depuis deux ans : « Le vrai problème que j’ai rencontré, c’est d’être un homme qu’ils ne connaissent pas. Mais après, ça passe par le dialogue. » Et une fois ce pas franchi, les jeunes filles comme leurs parents, rencontrés lors de la détection, montrent un véritable engouement pour le football.

Marie-Lou par exemple, la maman de Sarah qui joue depuis deux ans, ne rate pas un match de sa fille. « C’est très bien qu’il y ait une équipe féminine aux Mureaux, apprécie Marie-Lou. Depuis qu’elle fait du foot, [Sarah] est épanouie, bien plus que quand elle faisait de la danse. » Un sentiment qui se retrouve en effet chez les actuelles footballeuses de l’OFCM.

Amélie, Fayol et Léa, une quinzaine d’années et joueuses de football depuis environ quatre ans, parlent toutes de passion. « Je veux prouver que ce ne sont pas que les hommes qui peuvent faire des bonnes conduites de balle et frapper face au but », sourit Amélie. Complétée par Fayol qui explique : « C’est pas parce qu’il y a presque que des gars qui jouent que c’est un sport masculin. »