Comme il s’y était engagé, le Paris Saint-Germain est revenu vers les voisins de son futur centre d’entraînement pisciacais pour leur présenter les avancées du projet. Le mardi 30 mai, près de 70 habitants des hameaux de Béthemont et la Bidonnière étaient rassemblés au forum Armand Peugeot.

Si quelques-uns ont continué de mentionner leurs inquiétudes liées aux bruits et à la circulation (voir encadré), ils se sont vus apporter de nouveaux détails quant au désormais nommé Campus Paris Saint-Germain.

Alors qu’en avril, des plans « non validés » par le club de son futur centre d’entraînement avaient fuité sur RMC Sport, les riverains ont, ce mardi 30 mai, été les premiers à découvrir les derniers plans avant leur diffusion dans la presse. « L’idée, c’est de vous faire un état d’avancement du projet, […] pour vous donner aussi quelques esquisses, quelques vues, même si un peu plus de détails vous sera dévoilé le 27 juin prochain dans le cadre officiel de la concertation », déclare le directeur général délégué du PSG, Jean-Claude Blanc, qui a insisté à de nombreuses reprises sur « l’insertion paysagère » du projet.

Première information majeure, la livraison du centre d’entraînement est désormais annoncée pour la saison 2020-2021 : « L’objectif, c’est d’arriver à un projet bouclé entre le mois de mars 2020 et le mois de juin 2020. Notre ambition est de pouvoir entrer pour la saison [sportive] 2020-2021 dans le centre d’entraînement ». Pourtant, lors de la dernière réunion publique de début avril, Jean-Claude Blanc avait déclaré aux riverains que « juillet 2019 serait un schéma idéal » pour l’ouverture.

« L’objectif, c’est d’arriver à un projet bouclé entre le mois de mars 2020 et le mois de juin 2020 », indique Jean-Claude Blanc, directeur général délégué du PSG.

Concernant l’acquisition des terrains, elle semble être finalisée. Le directeur général délégué du club indique que « le PSG est devenu définitivement propriétaire de l’ensemble des parcelles privées ». Pour le reste du site, « on a un accord avec la Ville et le Conseil général pour acquérir de manière définitive ces terrains une fois que le permis de construire sera délivré », poursuit ce dernier. Lors du dernier conseil municipal de Poissy, les élus avaient en effet voté la cession de quatre terrains au PSG pour un total de 3,5 millions d’euros.

L’autre précision d’importance apportée par le dirigeant du club de la capitale concerne le nombre de places du stade qui sera à l’extrémité Nord-Ouest du projet. Si le chiffre de 5 000 places était jusque-là systématiquement mentionné, le directeur général délégué souligne que « la commande exacte, c’est un stade de 3 000 places qui pourra évoluer au fur et à mesure du temps jusqu’à 5 000 ». Jean-Claude Blanc avance comme raison que le club « n’est pas du tout sûr aujourd’hui que 5 000 places, c’est la bonne taille ».

Une « partie commerciale » à proximité du stade a également été mentionnée. Le directeur général délégué a indiqué que cette « zone commerciale [sera] dans les limites de ce qui nous est accordé, c’est à dire 5 000 m², dans laquelle on va trouver une boutique du PSG et peut-être un musée du Paris Saint-Germain ». Jean-Claude Blanc précise que cela permettra qu’un « visiteur qui ait envie d’aller voir ce qui se passe à Poissy, ne trouve pas simplement porte close mais un espace où il puisse être reçu et avoir un contact avec le club ».

Seize terrains de foot sur trois niveaux

Le nouveau plan présenté par le Paris Saint-Germain aux riverains a permis de découvrir avec précision ce que le club prévoyait sur les prés de 75 hectares situés entre les autoroutes A13 et A14, et la RD 30. Dans ses plans actuels, le centre d’entraînement, maintenant appelé Campus Paris Saint-Germain, comprendra seize terrains de football dont un couvert, répartis sur trois niveaux en raison du dénivelé.

La partie haute du site, à l’abri des regards, accueillera le centre d’entraînement des footballeurs professionnels alors que les deux parties basses seront destinées aux handballeurs et au centre de formation. Les délimitations du Campus PSG seront assurées par des zones de plantations dans lesquelles sera intégrée la clôture de sécurité.

L’impact sur la circulation inquiète toujours

Pour son projet de Campus Paris Saint-Germain, le club a saisi la Commission nationale du débat public et une phase de concertation avec les Pisciacais, mais également les habitants des communes alentours, va se dérouler du 27 juin au 27 septembre. Les dates de cette concertation présentée par le club doivent avoir été validées ce mercredi mais le club en présentait déjà les contours le 30 mai.

Lors de cette réunion publique, les habitants des hameaux de Béthemont et la Bidonnière ont continué, moins nombreux que le dernière fois, à s’inquiéter de l’impact du centre d’entraînement sur la circulation et le paysage. Si le club s’est montré rassurant sur ces deux points, ils seront d’ailleurs abordés pendant des ateliers spécifiques pendant la concertation.