Visites, ateliers, réunions, commémorations et organisation d’événements : ces quelques dizaines de jeunes Achérois et Chantelouvais ont découvert, pendant deux ans, la vie des élus, des institutions publiques. Ils ont également pu initier ou réaliser plusieurs projets plus ou moins ambitieux, d’un skate park de plus de 100 000 euros, à un jeu interactif destiné à sensibiliser jeunes et moins jeunes à la nécessité de ramasser ses déchets.

En novembre, leurs successeurs devront à leur tour mener campagne électorale pour prendre la suite de leurs mandats. Il y a deux ans à Chanteloup-les-Vignes, le premier Conseil municipal des jeunes (CMJ) de l’histoire de la commune était lancé, tandis qu’à Achères, c’était l’expérimentation d’une nouvelle formule, plus resserrée. Tous deux en tiraient le bilan la semaine dernière, à l’occasion de la fin du mandat de ces écoliers et collégiens.

Les conseillers municipaux du CMJ d’Achères sont répartis en trois commissions, avec chacune son projet.

« Ils vont présenter leur délibération sur la demande de subventions du skate park, et rester pour les deux ou trois premiers points », explique Marc Honoré (DVD), le maire d’Achères, mercredi 28 juin, avant la tenue du conseil municipal. Une vingtaine d’enfants et adolescents ont pu venir et arborent leur écharpe, sur les 33 que compte le CMJ achérois. Ils sont répartis en trois commissions, avec chacune son projet.

Si la conception du skate park sera confiée à un cabinet spécialisé, « ils ont participé au projet avec le service des sports pour voir quelles étaient leurs attentes ». Il leur a également permis de découvrir comment peut être lancé un investissement municipal, le chantier ayant été découpé en trois tranches. « On a commencé par se renseigner, on s’est rapidement rendu compte que le prix était assez élevé », témoigne Vera, l’une des membres de la commission des sports du CMJ.

Les deux autres commissions ont préparé des projets encore non aboutis : un parcours sonore dans la forêt, destiné à sensibiliser à l’environnement, et un troc de matériel scolaire qui devrait voir le jour en octobre. « Pendant deux ans, ils ont été très actifs, complète Elodie Sornay (LR), la première adjointe. Ils ont visité les institutions, mais aussi le commissariat de police et le centre de secours. »

A Chanteloup-les-Vignes, les projets étaient moins ambitieux mais ont tous été réalisés par les quatre commissions du CMJ. Une quinzaine d’enfants, jeunes collégiens et écoliers, étaient présents en mairie le mardi 27 juin. Au programme : démonstration d’un jeu vidéo interactif sur internet portant sur le ramassage des déchets, aide à l’aménagement d’une place, participation à la création d’un chapiteau en dur pour la Compagnie des contraires, collectes de bouchons et lunettes et organisation d’une semaine autour du handisport.

A Chanteloup-les-Vignes, les projets étaient moins ambitieux mais ont tous été réalisés par les quatre commissions du CMJ.

« Je suis super fière, d’autant plus que ça fait un bout de temps qu’on en parlait, c’est venu comme une évidence rapporte la maire Catherine Arenou (DVD). On a eu une première génération assez exceptionnelle, très impliquée, et des parents qui se sont investis. Tout ça a fait une alchimie qui a très bien marché, et va laisser des traces. »

Les parents, eux, semblent plutôt satisfaits de l’expérience de leurs enfants. « Ca leur a permis de découvrir des institutions, ils ont pris quelques briques de tout ça », se réjouit à Achères Frédéric, père d’Antonin. « Et leur montrer une éducation civique de l’intérieur, ça leur permet de voir que la mairie ne s’arrête pas à la mairie, et à monter et gérer un projet », complète à ses côtés Milena, la mère d’Inès. « Elle a mûri, grandi, elle s’investit et je la sens plus motivée, plus posée, note Najat, Chantelouvaise et mère de Manel. Et elle a rencontré des élèves de toutes les écoles. »

Les jeunes conseillers municipaux, eux, assurent qu’ils inciteront leurs camarades de classes à se présenter en novembre. « Je me suis présentée parce que je suis une personne assez curieuse, rapporte ainsi Mégane, 14 ans, en troisième. C’est une bonne expérience… mais ça dépend si on est intéressé ou pas, car il faut être motivé. » Pour certains, la motivation, au-delà de leur fonction, fut aussi apportée par quelques à-côtés :
« J’adore les buffets », s’exclame ainsi Louis, sourire aux lèvres, devant celui offert par la mairie chantelouvaise à ses bientôt ex-élus du CMJ.