A travers son livre L’envers de Flins paru le mois dernier, Fabienne Lauret raconte sa carrière dans l’usine Renault de Flins-sur-Seine, celle d’une « féministe révolutionnaire à l’atelier ». La première présentation publique de son livre, le 10 février à la librairie la Nouvelle réserve de Limay, a été l’occasion d’échanger avec la militante ouvrière aujourd’hui à la retraite.

Sa carrière a débuté à l’atelier couture de Renault quand elle est embauchée en 1972, où elle restera 11 années avant de devenir salariée au comité d’entreprise pendant 26 ans. « Nous avions analysé le mouvement de 68 et constaté que le milieu ouvrier était un pivot central, explique Fabienne Lauret, du choix collectif d’intégrer l’usine avec d’autres militants « établis ». Comme nous n’y étions pas, il fallait y aller nous mêmes. »

Dans son livre, Fabienne Lauret se souvient des nombreuses grèves menées et retrace les nombreuses causes pour lesquelles elle a lutté : « le combat féministe, contre le racisme, les conditions de travail, l’écologie aussi .. Autant de « petits et grands moments » qui ont marqué son parcours professionnel et syndical, dont elle voit encore des répercutions dans l’actualité. Et résume : « On a semé des graines, certaines ont germé, d’autres non. »