Vendredi 16 février, soirée de départ en vacances. En prévision de l’affluence du trafic, un important dispositif policier a été déployé par la Direction départementale de la sécurité publique yvelinoise. Dans chacune des neufs circonscriptions du département, deux axes stratégiques ont été choisis afin de mener, pendant deux heures, un contrôle routier. Au total, les 64 policiers engagés ont contrôlé 234 véhicules.

Il est un peu moins de 17 h lorsque le dispositif se met en place au rond-point de la Nourrice, à la sortie de Montesson, sur la circonscription saint-germanoise. Une dizaine de policiers, ainsi que deux motards prennent place autour des quatre entrées du rond-point. « L’idée c’est de montrer qu’il y a une présence policière », explique Laure-Anne Chesneau, commissaire à Saint-Germain-en-Laye.

Pour les effectifs déployés, l’objectif est simple. « Nous sommes à la recherche des comportements dangereux », poursuit la commissaire. Et d’énumérer : « Avant la prise de stupéfiants ou d’alcool, on retrouve surtout la vitesse excessive, le téléphone au volant ou encore la ceinture de sécurité qui n’est pas attachée. »

Des incivilités « classiques », pour lesquelles selon la fonctionnaire, il n’y a pas de profil type : « Pour le téléphone au volant, cela peut être le cadre qu’on contrôle qui va nous dire qu’il était avec un client. Ou encore un médecin en ligne avec un patient. Cela concerne tout le monde. » Le contrôle portait également sur les éléments d’un « contrôle de base » : assurance, contrôle technique à jour et plaque d’immatriculation aux normes pour les deux-roues.

Elle remarque toutefois que « le comportement des automobilistes a changé ». Elle précise : « On voit de plus en plus de téléphones reliés par Bluetooth et donc moins de téléphones au volant. Mais le danger premier reste la perte d’attention. »

Lors de cette opération, 19 véhicules, dont un scooter ont été contrôlés et 13 conducteurs verbalisés. A l’échelle du département, ce sont 36 infractions qui ont été relevées pour des défauts d’assurance ou de contrôle technique ou encore pour l’utilisation du téléphone portable au volant. Quatre personnes ont été interpellées pour conduite sans permis de conduire, une pour conduite sous l’empire d’un état alcoolique et une pour détention de stupéfiants.