Du gros millier de fonctionnaires que compte la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise (GPSEO), ils sont désormais 110 à pouvoir travailler à la maison plutôt qu’au bureau, et ce un jour par semaine. Cette expérimentation de la collectivité en matière de télétravail, lancée pour six mois, pourrait être élargie en 2019 si elle est jugée concluante par les élus.

Pourquoi cet essai ? « D’une part, pour éviter les déplacements sur la route, pour l’environnement et aussi avoir moins de fatigue, et une meilleure qualité de vie au travail », commente Marc Honoré, maire DVD d’Achères, conseiller délégué de GPSEO à l’administration générale et au dialogue social. La communauté urbaine fournit par ailleurs téléphone et ordinateur pour travailler de chez soi.

Tous les services sont concernés, « dans la mesure où les postes proposés au télétraitement » ne posent pas de problème : « Dans la voirie, il y en a un peu moins ». Les syndicats avaient demandé deux jours par semaine, les élus ont choisi d’expérimenter un jour, mais pourraient revoir ce chiffre, comme celui du nombre d’agents, à la hausse si l’essai est positif.