La République en marche espère bien s’installer durablement sur le territoire et dénicher de potentiels candidats pour les prochaines échéances électorales. C’est d’ailleurs l’un des objectifs affichés de son initiative « Projets citoyens », lancée en fin d’année dernière dans toute la France et notamment dans les Yvelines. A travers ces projets citoyens, adhérents LREM ou non développent une multitude de projets sur des thématiques locales variées, de l’éducation à l’environnement, en passant par le numérique et la culture.

Le mercredi 28 février à Versailles, la section yvelinoise d’En marche organisait son deuxième atelier pour présenter les « Projets citoyens », ceux déjà en place, et mettre en relation les personnes intéressées. Près d’une centaine de participants venus de tous les départements, dont de nombreux élus locaux ayant rallié En marche depuis de nombreux mois, ont répondu présents. Malgré « les vacances scolaires et le froid » s’étonnent les organisateurs.

« L’objectif des Projets citoyens est d’identifier des problématiques sur le territoire et d’y apporter des solutions concrètes », explique Chaïness Taleb, référente départementale LREM. Ces projets sont déclinés sur l’ensemble du territoire : lutte contre le décrochage scolaire à Chanteloup-les-Vignes, nettoyage de berge à Triel-sur-Seine, café citoyen à Conflans-Sainte-Honorine…

Alors que le parti politique affiche l’ambition d’initier 130 projets dans le département en 2018, soit au moins un par comité local, Chaïness Taleb souligne que « 30 projets » sont déjà soit lancés soit en cours de validation. Et à croire Mathieu Bouda (LREM), membre de l’équipe « Projets citoyens » au siège national, le département fait partie des bons élèves.

« Dans les Yvelines, vous êtes parmi les meilleurs, adresse Mathieu Bouda aux participants réunis en nombre à Versailles, dont certains n’ont pas pu trouver de place assise. Il y a énormément de projets, vous représentez près de 10 % des projets validés sur toute la France. » Dans la salle en effet, la centaine de présents semble désireuse de s’impliquer dans les projets présentés.

« C’est très intéressant d’essayer de construire des projets concrets : on peut aider les gens, apprécie Daniel, du Mesnil-Saint-Denis, qui va travailler sur un projet visant à aider les personnes éloignées du numérique. Ça change de ce que peut faire un parti politique habituel. » Ce qui semble d’ailleurs être l’objectif du parti.

« On veut montrer qu’on peut faire de la politique autrement, et qu’au niveau local, on peut initier des solutions, et se dire que qui mieux que les citoyens peuvent s’en emparer », souligne Chaïness Taleb. Elle confirme qu’il s’agit également d’ « ancrer le mouvement sur le territoire » et de « préparer les prochaines échéances électorales ». Dans toutes ces initiatives locales, la référente départementale espère donc « voir émerger des talents », comprendre de potentiels candidats pour les municipales.