Alors que son activité professionnelle lui prend désormais tout son temps, le premier adjoint a jugé qu’il n’était plus en mesure d’assurer sa fonction et a décidé de laisser sa place. « C’est absolument normal dans la mesure où un mandat correspond à une fonction et des tâches, et si on ne se sent pas en mesure de pouvoir répondre à ce à quoi un poste de premier adjoint correspond, je ne le fais pas », explique de sa décision Vincent Kollmannsberger, désormais simple conseiller municipal.

« Garder une fonction pour la fonction, ça n’a pas grand intérêt. On est là pour servir les gens qui nous ont élu et qui nous ont fait confiance, poursuit l’ex-premier adjoint, confiant une décision « à regret. J’ai suffisamment de respect pour la population de Perdreauville pour éviter ce genre de travers complètement ridicule. »

Cette décision a été entérinée lors du conseil municipal du 13 février, où Vincent Kollmannsberger n’a pas été maintenu à son poste. Une délibération votée « avec l’accord de tout le monde », confirme le maire Pascal Poyer. Il ajoute : « Ça s’est fait d’un commun accord puisqu’il avait lui même décidé au mois de juin dernier de renoncer à son indemnité de premier adjoint. »