Sur les friches industrielles du quartier de la gare de Limay, près de 330 logements devraient voir le jour d’ici 2023 dans le cadre d’un vaste réaménagement du secteur. Annoncé depuis plusieurs années, ce renouveau semble sur de bons rails. Comme l’annonçait récemment le Courrier de Mantes, le projet a été présenté aux Limayens le vendredi 2 mars, au cours d’une première réunion publique lançant la concertation.

« C’est un projet qui a pour ambition de revoir la totalité du secteur gare », adresse Eric Roulot, maire PCF de Limay, à la trentaine de personnes réunies au gymnase Guy Moquet pour découvrir le projet. Ce n’est pas qu’une extension sur les friches, ce n’est pas seulement de faire des logements et des commerces, c’est aussi revoir la place Robespierre, ouvrir des parkings… »

Précisant que le prix des appartements seront « en dessous de 2 500 euros par m² », il ajoute : « Notre ambition est d’offrir la possibilité aux familles limayennes qui ont peu de moyens d’accéder à la propriété. » Comme pour son autre important projet de logements, celui du centre-ville (voir notre édition du 24 janvier), la municipalité justifie les constructions de logements par le besoin de mettre fin à la stagnation du nombre d’habitants.

Et, là encore, comme au centre-ville, Djamel Nedjar (DVG), l’adjoint à l’aménagement du territoire, résume les principes appliqués depuis le début du mandat : limiter l’étalement urbain et la part de logements sociaux à un maximum de 30 %. « C’est important de diminuer la part de logements sociaux à Limay, car on ne peut pas concentrer toutes les difficultés », souligne-t-il.

Le renouveau du secteur gare a commencé à la mi-2017, par la suppression du passage à niveau, « qui avait connu un accident tragique par le passé,» rappelle Djamel Nedjar. En février, le chantier des 79 premiers logements a débuté rue Lafarge, sur la friche des entrepots Marques. « La livraison est prévue en novembre 2019 », annonce l’adjoint. A plus long terme, un programme de 83 autres logements devrait ensuite voir le jour juste à côté, sur la friche Puchet.

Les 172 autres logements sont, eux, prévus le long de l’avenue du président Wilson, à proximité de la place Robespierre, sur la friche Solex. Ce programme, qui comprend également la création de 540 m² de commerces, sera divisé en trois tranches. Les travaux de la première devraient démarrer en avril 2020, pour une livraison en juin 2021.

Outre les logements, l’ensemble du secteur va connaître une mue, à commencer par la place Robespierre, « vieillissante » d’après Djamel Nedjar, et ses environs. « On va refaire ces espaces publics en privilégiant le mode doux, où le piéton se sent à l’aise avec plus de végétalisation », poursuit l’adjoint, qui précise que la livraison de la place est prévue au deuxième trimestre 2021. Un réaménagement à ce jour estimé à « 3 millions d’euros HT », pour lesquels un promoteur participera à hauteur de « 37 % », détaille l’élu.

Le projet comprend par ailleurs une extension du groupe scolaire Pauline Kergomard. Elle aussi sera principalement financée par l’un des promoteurs immobiliers. La municipalité en a enfin profité pour réaffirmer son souhait de renforcer l’offre de transports, rappelant ses demandes d’un bus reliant Limay à la Défense, et la mise en place de trains semi-directs sur la ligne J6.