Les affiches réclamant une déviation de la RD191 font désormais partie du paysage dans le petit village de Nézel, mais l’association à leur origine, Mieux vivre à Nézel et dans la vallée de la Mauldre (MVNVM) continue le combat. Cette route départementale traverse le village, relie le Sud et le Nord du département, et elle est pour cette raison très empruntée par les automobilistes et les poids lourds.

Le président de MVNVM, Daniel Le Provost, dénonce une situation qui cause, « en tant que riverain, de l’insécurité et des nuisances », et « en tant qu’usager [de la route], des bouchons ». Il reconnaît que plusieurs améliorations ont été apportées à la situation, comme « un panneau clignotant en entrée de ville, un radar pédagogique et des trottoirs refaits », mais les estime insuffisantes. « Il y a des accidents et des accrochages régulièrement », assure le Nézellois.

Daniel Le Provost avance le chiffre, estimé en 2016, de 11 500 véhicules par jour, information également lisible sur la dernière banderole installée en entrée de ville. Dans un premier temps, le président de l’association demande « d’interdire Nézel aux poids lourds comme c’est fait à Beynes » et de limiter la vitesse à « 30 km/h » sur l’ensemble de la route départementale dans le village.

Mais surtout, MVNVM milite depuis plusieurs années pour une déviation. « C’est la seule vraie solution », assure Daniel Le Provost. L’esquisse réalisée par l’association ferait partir cette route de contournement de la RD113, pour rejoindre la RD191 après Nézel. L’association a récemment lancé une nouvelle pétition « pour demander une étude de faisabilité » de cette déviation au conseil départemental, avec qui elle regrette de ne pas avoir de contact.

Interrogé en mai 2016 par La Gazette, le conseiller départemental Laurent Richard estimait que le tracé lui paraissait « cohérent et plutôt intelligent » mais soulevait deux obstacles : « réussir à convaincre de la pertinence d’un tel tracé » et son aspect financier. Depuis, « rien ne bouge », regrette Daniel Le Provost, alors que l’on reconnaît que ce sujet est « touchy » du côté du conseil départemental.

« Tous les projets de déviation sont des projets de déviations locales qui, d’une part restent en général très coûteux, et d’autre part ne sont pas vraiment d’intérêt départemental, confie-t-on au conseil départemental. Le projet qui était d’intérêt départemental et permettait d’améliorer les conditions de circulation sur la RD191, tout en permettant de relier des pôles stratégiques, est le projet de liaison Seine Aval / St Quentin. Mais ce dernier a reçu une très forte opposition du monde agricole notamment car il se développe sur le plateau. »

Le maire d’Aulnay veut abaisser la vitesse

Le village d’Aulnay-sur-Mauldre est également traversé par la RD191. Son maire, Jean-Christophe Charbit (SE), envisage de réduire la vitesse sur la portion de la route départementale qui traverse la commune. « C’est simplement parce qu’il y a un danger pour ceux qui traversent la départementale », indique le maire. Alors qu’une vitesse de 30 km/h a été évoquée, Jean-Christophe Charbit, mesuré, souligne qu’une réflexion est en cours.

Le maire projette également de déplacer les panneaux d’entrée de ville côté Maule pour les rendre plus visibles. « On ne voit pas clairement qu’on entre dans une agglomération, donc on a des véhicules qui se déplacent à une vitesse assez conséquente », rapporte Jean-Christophe Charbit, estimant que la limitation à 50 km/h n’est souvent pas respectée.