Ce jour de février dans l’hôtel de ville, une douzaine d’habitants de la rue de Dammartin font face au maire Cyril Nauth (FN). « Il s’agit de trancher définitivement sur la mise en sens unique ou pas », annonce-t-il d’un aménagement déjà envisagé sous le précédent mandat. La réponse tombe rapidement : les riverains demandent que soit conservé ce sens unique, au nom de la sécurité. Les automobilistes respecteront-ils l’interdiction ?

« Les gens, en général, s’arrêtaient au milieu et sortaient des bagnoles, s’insultaient… personnellement, je trouve que c’est parfait, c’est plus calme, résumait en effet du sentiment général une habitante de la rue. J’ai, par contre, des interrogations sur le fait qu’avec les barrières, il y a encore des voitures qui passent. »

Si le sens unique fait en effet l’unanimité, son respect est mis en cause à de nombreuses reprises. « Il y en a qui habitent dans la rue et qui le font », témoigne même une présente.

Si le sens unique fait en effet l’unanimité, son respect est mis en cause à de nombreuses reprises. « Il y en a qui habitent dans la rue et qui le font », témoigne même une présente. « On peut peut-être imaginer un aménagement urbain qui règle votre problème », remarque le maire. Il précise par ailleurs envisager la mise en sens unique de la rue du Muret, parallèle à celle de Dammartin, à partir de 2019.