« Nous sommes heureux de le faire avec Vedecom et bien d’autres projets départementaux où la recherche, l’intelligence et la créativité s’expriment. » Il n’a pas mégoté, le président du conseil départemental Pierre Bédier (LR), à propos des 20 millions d’euros votés par sa collectivité pour trois projets de Vedecom, à l’occasion d’une journée de présentation de l’état de ses recherches.

Cette fondation publique-privée, installée à Versailles depuis 2013, issue d’une structure créée par l’Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) avec les constructeurs et équipementiers automobiles, est financée à hauteur de 300 millions d’euros sur dix ans. Elle travaille au véhicule autonome et électrique, et emploie 175 personnes dans 7 000 m² à Satory.

Comme depuis plusieurs mois, Pierre Bédier s’est donc fendu d’un plaidoyer en faveur des Départements franciliens, que le gouvernement envisage de supprimer. « Cela explique la présence de ces éminentes personnalités départementales », a-t-il expliqué de la présence de représentants des autres conseils départementaux à ses côtés, dont Patrick Devedjian, son homologue LR des Hauts-de-Seine.